Tchad: L'opposition réclame un « dialogue inclusif »

Rues de N'Djamena, la capitale tchadienne.

Plusieurs associations de la société civile et partis politiques ont publié, le 24 avril, un communiqué dans lequel ils réclament l'instauration d'une transition dirigée par les civils à travers un « dialogue inclusif ».

Les partis d'opposition et la société civile crient au « coup d'Etat institutionnel » et réclament l'instauration d'une transition dirigée par les civils. Dans le même temps, l'armée tchadienne poursuit les combats.

« Nous refusons les faits accomplis et dénions à la junte militaire la légitimité politique de gérer le pays pour cause de prise de pouvoir par la force, contraire au droit national et aux engagements africains et internationaux du Tchad. Les forces vives entendent par dialogue inclusif l'implication et la participation de tous les acteurs qu'ils aient ou non pris les armes pour conquérir le pouvoir », ont ainsi déclaré les associations de la société civile et partis politiques, regroupés au sein du collectif « Wakit Tama ».

Alors qu'ils avaient promis, la semaine passée de marcher sur la capitale N'Djamena, les rebelles sont disposés à « observer un cessez-le-feu ». Mahamat Mahadi Ali, le chef des rebelles tchadiens, qui mènent depuis des semaines une offensive contre le régime, a assuré qu'ils étaient « disponibles à observer un cessez-le-feu ». Il s'est aussi prononcé en faveur d'une solution politique.

Depuis la mort du président Idriss Déby, le 20 avril, la junte au pouvoir a annoncé sa volonté de mater la rébellion, et demandé au Niger de l'aider à « capturer » le chef rebelle. Les insurgés sont accusés par l'armée d'avoir tué le chef de l'Etat Idriss Déby Itno.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X