Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse sur la Covid-19 - 23 avril 2021

Lorsque la COVID-19 est apparue il y a près de 16 mois, nous savions que nous disposions déjà d'outils efficaces pour prévenir les infections et sauver des vies, sous la forme de mesures de santé publique fondamentales. Mais nous savions également que nous aurions besoin de nouveaux outils : des produits de diagnostic pour dépister ce nouveau virus, des traitements pour le combattre et des vaccins pour le prévenir.

Il y a un an, l'OMS et les nombreux partenaires qui se sont joints à nous aujourd'hui se sont réunis pour lancer une initiative unique : le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19.

L'accélérateur ACT a été conçu avec deux objectifs : le développement rapide de vaccins, de produits de diagnostic et de traitement ; et un accès équitable à ces outils.

Le premier objectif a été atteint. Cependant, il nous reste un long chemin à parcourir pour le deuxième objectif. Partout dans le monde, des gens meurent par manque de vaccin, de dépistage et de traitement. L'Accélérateur ACT a besoin de 19 milliards de dollars cette année.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.

Lorsque la COVID-19 est apparue il y a près de 16 mois, nous savions que nous disposions déjà d'outils efficaces pour prévenir les infections et sauver des vies, sous la forme de mesures de santé publique fondamentales.

Ces mesures demeurent le pilier de la riposte dans tous les pays.

Mais nous savions également que nous aurions besoin de nouveaux outils : des produits de diagnostic pour dépister ce nouveau virus, des traitements pour le combattre et des vaccins pour le prévenir.

En même temps, nous savions que nous vivons dans un monde d'inégalité ; un monde dans lequel des enfants meurent de maladies qui peuvent être facilement évitées par des vaccins ; et dans lequel des personnes meurent parce que leur maladie n'est pas diagnostiquée ou n'est pas traitée.

Nous savions qu'en l'absence de mesures sans précédent, les exclus de ce monde seraient à nouveau laissés pour compte.

C'est pourquoi il y a un an, l'OMS et les nombreux partenaires qui se sont joints à nous aujourd'hui se sont réunis pour lancer une initiative unique : le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19.

L'Accélérateur ACT a été conçu avec deux objectifs : le développement rapide de vaccins, de produits de diagnostic et de traitement ; et un accès équitable à ces outils.

Le premier objectif a été atteint. Nous disposons désormais de plusieurs vaccins sûrs et efficaces pour prévenir la COVID-19 ; nous avons des produits de diagnostic rapides pour la dépister ; et nous avons de l'oxygène et de la dexaméthasone pour la traiter.

Mais il nous reste un long chemin à parcourir pour atteindre le deuxième objectif.

Partout dans le monde, des gens meurent par manque de vaccin, de dépistage et de traitement.

Nous sommes vivement préoccupés par le nombre croissant de cas et de décès en Inde en ce moment.

Nous savons que la situation est complexe et nécessite des réponses différentes selon les régions du pays, et je salue les mesures prises par le gouvernement pour limiter les contacts sociaux et stimuler la production de vaccins.

Je présente mes sincères condoléances à toutes les personnes en Inde qui ont perdu un être cher. Et je m'engage résolument à ce que l'OMS et les partenaires de l'Accélérateur ACT se tiennent aux côtés du Gouvernement et du peuple indiens et fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver autant de vies que possible.

L'OMS a redéployé 2 600 membres du personnel de nos autres programmes sur la poliomyélite, la tuberculose, les maladies tropicales négligées et les programmes de vaccination pour aider les États dans la riposte.

La situation en Inde nous rappelle cruellement ce que peut faire ce virus et pourquoi nous devons mobiliser tous les outils contre lui dans une approche globale et intégrée : mesures de santé publique, vaccins, produits de diagnostic et traitement.

C'est le même scénario qui se déroule dans le monde entier et qui continuera de se dérouler si nous ne garantissons pas un accès équitable aux outils nécessaires pour sauver des vies.

La solution est simple : les pays et les entreprises qui contrôlent les ressources pouvant sauver des vies doivent les partager.

Cela signifie partager les ressources financières, afin de financer entièrement l'Accélérateur ACT ;

Cela signifie partager les doses de vaccin, pour protéger les plus à risque, et pas uniquement les plus riches ;

Cela signifie que tous les pays doivent faire preuve de transparence au sujet de leurs dons bilatéraux de doses, pour nous permettre de savoir qui dispose de quoi ;

Et cela signifie partager la technologie, le savoir-faire et la propriété intellectuelle, pour intensifier de toute urgence et massivement la production.

L'Accélérateur ACT a besoin de 19 milliards de dollars cette année.

C'est une goutte d'eau dans l'océan par rapport aux milliers de milliards de dollars que les gouvernements dépensent pour soutenir leur économie et aux revenus considérables que génèrent la plupart des fabricants de vaccins.

Cela ne suffit pas de dire que l'inégalité est ce qui caractérise le monde. Il n'est pas normal que des personnes comme vous et moi meurent alors que nous disposons des outils qui pourraient les sauver.

Nous ne pouvons pas accepter toujours la même histoire.

Il est temps pour nous tous d'écrire une nouvelle histoire ; une histoire meilleure dans laquelle les pays ne sont pas des rivaux ou des concurrents, mais des membres d'une famille humaine avec un avenir commun. Vous direz que je suis un idéaliste ; je porterai cette étiquette avec fierté.

À bien des égards, c'est ce que représente l'Accélérateur ACT : une famille composée de gouvernements, d'organismes, de la société civile, du secteur privé, de philanthropes et d'autres personnes qui se réunissent pour trouver des solutions communes à un défi commun.

Aucun d'entre nous ne peut le faire seul.

Créer l'Accélérateur ACT a été une performance en soi. Mais diriger et gérer ce dispositif est une tâche considérable, souvent dans l'ombre.

En septembre dernier, nous avons créé un Conseil de facilitation, dirigé par l'Afrique du Sud et la Norvège, et chargé de fournir un leadership politique et des conseils de haut niveau pour faciliter le travail de l'Accélérateur ACT.

J'ai maintenant l'immense honneur d'accueillir M. Cyril Ramaphosa, Président de l'Afrique du Sud.

Monsieur le Président, je vous remercie pour votre leadership exceptionnel et votre soutien à l'Accélérateur ACT. Vous avez la parole.

[M. RAMAPHOSA S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Je vous remercie, M. le Président, et de nouveau je vous fais part de ma profonde reconnaissance pour votre leadership exemplaire, à l'échelle nationale, régionale et mondiale.

J'ai maintenant le plaisir d'accueillir M. Dag-Inge Ulstein, Ministre norvégien du développement international. Monsieur le Ministre, merci pour votre leadership en tant que coprésident du Conseil de facilitation de l'Accélérateur ACT et merci de vous joindre à nous aujourd'hui. Vous avez la parole.

[M. ULSTEIN S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci beaucoup, Monsieur le Ministre, j'ai considérablement apprécié votre leadership et votre amitié au cours de l'année écoulée.

Dès les premières discussions sur l'Accélérateur ACT, et tout au long de l'année écoulée, la Présidente de la Commission européenne, Mme Ursula von der Leyen, a été un partenaire fiable.

Je remercie la Présidente von der Leyen pour son leadership et son partenariat, et j'ai l'honneur de l'accueillir pour sa déclaration.

[LE MESSAGE VIDÉO DE LA PRÉSIDENTE VON DER LEYEN EST DIFFUSÉ]

L'un des premiers appels et des plus décisifs que nous avons eus au début de l'année dernière alors que l'accélérateur ACT commençait à prendre forme a été avec le Président de la France M. Emmanuel Macron. Et le Président Macron a continué à manifester un vif intérêt pour l'Accélérateur ACT et à jouer un rôle actif dans son élaboration.

Pour marquer ce premier anniversaire, nous avons demandé au Président Macron de revenir sur l'année qui s'est écoulée ainsi que sur les opportunités et les défis qui nous attendent.

[LE MESSAGE VIDÉO DU PRÉSIDENT MACRON EST DIFFUSÉ]

Merci beaucoup, M. le Président Macron, et merci à la France pour son généreux don au Mécanisme COVAX. J'espère que d'autres pays suivront bientôt votre exemple.

La force de l'Accélérateur ACT est qu'il bénéficie d'un solide soutien des gouvernements du monde entier. J'ai maintenant l'honneur de vous présenter trois dirigeants qui font preuve d'un soutien inébranlable : M. le Premier ministre italien Mario Draghi ; M. le Président rwandais Paul Kagame ; et M. le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

[DES MESSAGES VIDÉO DU PREMIER MINISTRE DRAGHI, DU PRÉSIDENT KAGAME ET DU PRÉSIDENT SANCHEZ SONT DIFFUSÉS]

Bien entendu, l'OMS est fière d'avoir joué un rôle de premier plan dans l'Accélérateur ACT, mais c'est uniquement dans le cadre des Nations Unies, et avec leur soutien, que nous avons pu le faire. J'ai maintenant l'honneur de vous présenter Mme Amina Mohammed, la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies.

[LA VIDÉO DE LA VICE-SECRÉTAIRE GÉNÉRALE AMINA MOHAMMED EST DIFFUSÉE]

Comme je l'ai dit précédemment, la force de l'Accélérateur ACT réside dans l'important soutien dont il bénéficie de la part des gouvernements du monde entier. J'ai maintenant le plaisir de vous présenter les messages vidéo qui ont été envoyés par Mme Gayle Smith, Coordonnatrice mondiale COVID-19 des États-Unis d'Amérique ; Mme Karina Gould, Ministre du développement international du Canada ; et M. Mikhaïl Murashko, Ministre de la Santé de la Fédération de Russie.

[LES MESSAGES VIDÉO DE MME SMITH, DE LA MINISTRE GOULD ET DU MINISTRE MURASHKO SONT DIFFUSÉS]

Les organisations de la société civile jouent un rôle essentiel dans tous les domaines de la santé - amener les dirigeants à rendre des comptes, fournir une expertise technique, dispenser des services et donner la parole aux communautés.

L'Accélérateur ACT ne fait pas exception, et j'ai maintenant l'honneur de vous présenter Peter Ngo'la Owiti du Kenya, qui est un représentant de la société civile au Conseil de facilitation de l'Accélérateur ACT.

[LE MESSAGE VIDÉO DE M. NGO'LA OWITI EST DIFFUSÉ]

Enfin, les vaccins, les produits de diagnostic et les traitements n'existeraient pas sans les entreprises du secteur privé qui les développent et les produisent.

J'ai maintenant le plaisir d'accueillir M. Thomas Cueni, Directeur général de la Fédération internationale de l'Industrie du Médicament, qui sera suivi par M. John Denton, Secrétaire général de la Chambre de commerce internationale.

[LES MESSAGES VIDÉO DE M. CUENI ET M. DENTON SONT DIFFUSÉS]

Merci beaucoup à toutes les personnes qui sont intervenues aujourd'hui.

Comme je l'ai dit dans mon allocution liminaire, l'Accélérateur ACT est un partenariat unique auquel ont participé neuf organisations mondiales du secteur de la santé, travaillant ensemble pour construire quelque chose qui est bien plus que la somme des différents éléments qui le composent.

Aujourd'hui, je suis ravi d'accueillir les dirigeants de chacun de nos partenaires :

Seth Berkley de Gavi, Philippe Duneton d'UNITAID ; Chris Elias de la Fondation Bill & Melinda Gates ; Henrietta Fore de l'UNICEF ; Emma Hannay de la FIND ; Richard Hatchett de la CEPI ; Muhammed Pate de la Banque mondiale ; Peter Sands du Fonds mondial ; et Carl Bildt, notre Envoyé spécial pour l'Accélérateur ACT, coprésident du groupe et ancien Premier ministre suédois.

Merci à vous tous pour votre leadership et votre partenariat, je me réjouis à l'idée de poursuivre notre collaboration dans les prochains mois pour, ensemble, arrêter les infections, sauver des vies et mettre fin à la pandémie.

Christian, vous avez la parole.

Lorsque la COVID-19 est apparue il y a près de 16 mois, nous savions que nous disposions déjà d'outils efficaces pour prévenir les infections et sauver des vies, sous la forme de mesures de santé publique fondamentales. Mais nous savions également que nous aurions besoin de nouveaux outils : des produits de diagnostic pour dépister ce nouveau virus, des traitements pour le combattre et des vaccins pour le prévenir.

Il y a un an, l'OMS et les nombreux partenaires qui se sont joints à nous aujourd'hui se sont réunis pour lancer une initiative unique : le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19.

L'accélérateur ACT a été conçu avec deux objectifs : le développement rapide de vaccins, de produits de diagnostic et de traitement ; et un accès équitable à ces outils.

Le premier objectif a été atteint. Cependant, il nous reste un long chemin à parcourir pour le deuxième objectif. Partout dans le monde, des gens meurent par manque de vaccin, de dépistage et de traitement. L'Accélérateur ACT a besoin de 19 milliards de dollars cette année.

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.

Lorsque la COVID-19 est apparue il y a près de 16 mois, nous savions que nous disposions déjà d'outils efficaces pour prévenir les infections et sauver des vies, sous la forme de mesures de santé publique fondamentales.

Ces mesures demeurent le pilier de la riposte dans tous les pays.

Mais nous savions également que nous aurions besoin de nouveaux outils : des produits de diagnostic pour dépister ce nouveau virus, des traitements pour le combattre et des vaccins pour le prévenir.

En même temps, nous savions que nous vivons dans un monde d'inégalité ; un monde dans lequel des enfants meurent de maladies qui peuvent être facilement évitées par des vaccins ; et dans lequel des personnes meurent parce que leur maladie n'est pas diagnostiquée ou n'est pas traitée.

Nous savions qu'en l'absence de mesures sans précédent, les exclus de ce monde seraient à nouveau laissés pour compte.

C'est pourquoi il y a un an, l'OMS et les nombreux partenaires qui se sont joints à nous aujourd'hui se sont réunis pour lancer une initiative unique : le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19.

L'Accélérateur ACT a été conçu avec deux objectifs : le développement rapide de vaccins, de produits de diagnostic et de traitement ; et un accès équitable à ces outils.

Le premier objectif a été atteint. Nous disposons désormais de plusieurs vaccins sûrs et efficaces pour prévenir la COVID-19 ; nous avons des produits de diagnostic rapides pour la dépister ; et nous avons de l'oxygène et de la dexaméthasone pour la traiter.

Mais il nous reste un long chemin à parcourir pour atteindre le deuxième objectif.

Partout dans le monde, des gens meurent par manque de vaccin, de dépistage et de traitement.

Nous sommes vivement préoccupés par le nombre croissant de cas et de décès en Inde en ce moment.

Nous savons que la situation est complexe et nécessite des réponses différentes selon les régions du pays, et je salue les mesures prises par le gouvernement pour limiter les contacts sociaux et stimuler la production de vaccins.

Je présente mes sincères condoléances à toutes les personnes en Inde qui ont perdu un être cher. Et je m'engage résolument à ce que l'OMS et les partenaires de l'Accélérateur ACT se tiennent aux côtés du Gouvernement et du peuple indiens et fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver autant de vies que possible.

L'OMS a redéployé 2600 membres du personnel de nos autres programmes sur la poliomyélite, la tuberculose, les maladies tropicales négligées et les programmes de vaccination pour aider les États dans la riposte.

La situation en Inde nous rappelle cruellement ce que peut faire ce virus et pourquoi nous devons mobiliser tous les outils contre lui dans une approche globale et intégrée : mesures de santé publique, vaccins, produits de diagnostic et traitement.

C'est le même scénario qui se déroule dans le monde entier et qui continuera de se dérouler si nous ne garantissons pas un accès équitable aux outils nécessaires pour sauver des vies.

La solution est simple : les pays et les entreprises qui contrôlent les ressources pouvant sauver des vies doivent les partager.

Cela signifie partager les ressources financières, afin de financer entièrement l'Accélérateur ACT ;

Cela signifie partager les doses de vaccin, pour protéger les plus à risque, et pas uniquement les plus riches ;

Cela signifie que tous les pays doivent faire preuve de transparence au sujet de leurs dons bilatéraux de doses, pour nous permettre de savoir qui dispose de quoi ;

Et cela signifie partager la technologie, le savoir-faire et la propriété intellectuelle, pour intensifier de toute urgence et massivement la production.

L'Accélérateur ACT a besoin de 19 milliards de dollars cette année.

C'est une goutte d'eau dans l'océan par rapport aux milliers de milliards de dollars que les gouvernements dépensent pour soutenir leur économie et aux revenus considérables que génèrent la plupart des fabricants de vaccins.

Cela ne suffit pas de dire que l'inégalité est ce qui caractérise le monde. Il n'est pas normal que des personnes comme vous et moi meurent alors que nous disposons des outils qui pourraient les sauver.

Nous ne pouvons pas accepter toujours la même histoire.

Il est temps pour nous tous d'écrire une nouvelle histoire ; une histoire meilleure dans laquelle les pays ne sont pas des rivaux ou des concurrents, mais des membres d'une famille humaine avec un avenir commun. Vous direz que je suis un idéaliste ; je porterai cette étiquette avec fierté.

À bien des égards, c'est ce que représente l'Accélérateur ACT : une famille composée de gouvernements, d'organismes, de la société civile, du secteur privé, de philanthropes et d'autres personnes qui se réunissent pour trouver des solutions communes à un défi commun.

Aucun d'entre nous ne peut le faire seul.

Créer l'Accélérateur ACT a été une performance en soi. Mais diriger et gérer ce dispositif est une tâche considérable, souvent dans l'ombre.

En septembre dernier, nous avons créé un Conseil de facilitation, dirigé par l'Afrique du Sud et la Norvège, et chargé de fournir un leadership politique et des conseils de haut niveau pour faciliter le travail de l'Accélérateur ACT.

J'ai maintenant l'immense honneur d'accueillir M. Cyril Ramaphosa, Président de l'Afrique du Sud.

Monsieur le Président, je vous remercie pour votre leadership exceptionnel et votre soutien à l'Accélérateur ACT. Vous avez la parole.

[M. RAMAPHOSA S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Je vous remercie, M. le Président, et de nouveau je vous fais part de ma profonde reconnaissance pour votre leadership exemplaire, à l'échelle nationale, régionale et mondiale.

J'ai maintenant le plaisir d'accueillir M. Dag-Inge Ulstein, Ministre norvégien du développement international. Monsieur le Ministre, merci pour votre leadership en tant que coprésident du Conseil de facilitation de l'Accélérateur ACT et merci de vous joindre à nous aujourd'hui. Vous avez la parole.

[M. ULSTEIN S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci beaucoup, Monsieur le Ministre, j'ai considérablement apprécié votre leadership et votre amitié au cours de l'année écoulée.

Dès les premières discussions sur l'Accélérateur ACT, et tout au long de l'année écoulée, la Présidente de la Commission européenne, Mme Ursula von der Leyen, a été un partenaire fiable.

Je remercie la Présidente von der Leyen pour son leadership et son partenariat, et j'ai l'honneur de l'accueillir pour sa déclaration.

[LE MESSAGE VIDÉO DE LA PRÉSIDENTE VON DER LEYEN EST DIFFUSÉ]

L'un des premiers appels et des plus décisifs que nous avons eus au début de l'année dernière alors que l'accélérateur ACT commençait à prendre forme a été avec le Président de la France M. Emmanuel Macron. Et le Président Macron a continué à manifester un vif intérêt pour l'Accélérateur ACT et à jouer un rôle actif dans son élaboration.

Pour marquer ce premier anniversaire, nous avons demandé au Président Macron de revenir sur l'année qui s'est écoulée ainsi que sur les opportunités et les défis qui nous attendent.

[LE MESSAGE VIDÉO DU PRÉSIDENT MACRON EST DIFFUSÉ]

Merci beaucoup, M. le Président Macron, et merci à la France pour son généreux don au Mécanisme COVAX. J'espère que d'autres pays suivront bientôt votre exemple.

La force de l'Accélérateur ACT est qu'il bénéficie d'un solide soutien des gouvernements du monde entier. J'ai maintenant l'honneur de vous présenter trois dirigeants qui font preuve d'un soutien inébranlable : M. le Premier ministre italien Mario Draghi ; M. le Président rwandais Paul Kagame ; et M. le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

[DES MESSAGES VIDÉO DU PREMIER MINISTRE DRAGHI, DU PRÉSIDENT KAGAME ET DU PRÉSIDENT SANCHEZ SONT DIFFUSÉS]

Bien entendu, l'OMS est fière d'avoir joué un rôle de premier plan dans l'Accélérateur ACT, mais c'est uniquement dans le cadre des Nations Unies, et avec leur soutien, que nous avons pu le faire. J'ai maintenant l'honneur de vous présenter Mme Amina Mohammed, la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies.

[LA VIDÉO DE LA VICE-SECRÉTAIRE GÉNÉRALE AMINA MOHAMMED EST DIFFUSÉE]

Comme je l'ai dit précédemment, la force de l'Accélérateur ACT réside dans l'important soutien dont il bénéficie de la part des gouvernements du monde entier. J'ai maintenant le plaisir de vous présenter les messages vidéo qui ont été envoyés par Mme Gayle Smith, Coordonnatrice mondiale COVID-19 des États-Unis d'Amérique ; Mme Karina Gould, Ministre du développement international du Canada ; et M. Mikhaïl Murashko, Ministre de la Santé de la Fédération de Russie.

[LES MESSAGES VIDÉO DE MME SMITH, DE LA MINISTRE GOULD ET DU MINISTRE MURASHKO SONT DIFFUSÉS]

Les organisations de la société civile jouent un rôle essentiel dans tous les domaines de la santé - amener les dirigeants à rendre des comptes, fournir une expertise technique, dispenser des services et donner la parole aux communautés.

L'Accélérateur ACT ne fait pas exception, et j'ai maintenant l'honneur de vous présenter Peter Ngo'la Owiti du Kenya, qui est un représentant de la société civile au Conseil de facilitation de l'Accélérateur ACT.

[LE MESSAGE VIDÉO DE M. NGO'LA OWITI EST DIFFUSÉ]

Enfin, les vaccins, les produits de diagnostic et les traitements n'existeraient pas sans les entreprises du secteur privé qui les développent et les produisent.

J'ai maintenant le plaisir d'accueillir M. Thomas Cueni, Directeur général de la Fédération internationale de l'Industrie du Médicament, qui sera suivi par M. John Denton, Secrétaire général de la Chambre de commerce internationale.

[LES MESSAGES VIDÉO DE M. CUENI ET M. DENTON SONT DIFFUSÉS]

Merci beaucoup à toutes les personnes qui sont intervenues aujourd'hui.

Comme je l'ai dit dans mon allocution liminaire, l'Accélérateur ACT est un partenariat unique auquel ont participé 9 organisations mondiales du secteur de la santé, travaillant ensemble pour construire quelque chose qui est bien plus que la somme des différents éléments qui le composent.

Aujourd'hui, je suis ravi d'accueillir les dirigeants de chacun de nos partenaires :

Seth Berkley de Gavi, Philippe Duneton d'UNITAID ; Chris Elias de la Fondation Bill & Melinda Gates ; Henrietta Fore de l'UNICEF ; Emma Hannay de la FIND ; Richard Hatchett de la CEPI ; Muhammed Pate de la Banque mondiale ; Peter Sands du Fonds mondial ; et Carl Bildt, notre Envoyé spécial pour l'Accélérateur ACT, coprésident du groupe et ancien Premier ministre suédois.

Merci à vous tous pour votre leadership et votre partenariat, je me réjouis à l'idée de poursuivre notre collaboration dans les prochains mois pour, ensemble, arrêter les infections, sauver des vies et mettre fin à la pandémie.

Christian, vous avez la parole.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X