Burundi: Des détenus retrouvent la liberté

Les autorités burundaises libèrent des détenus dans le cadre de la mise en oeuvre d'une grâce présidentielle visant à désengorger les prisons surpeuplées.

Belgique, France et Suisse ce sont les étapes d'une tournée du ministre burundais des Affaires étrangères, Albert Shingiro. Une tournée pour plaider pour la levée des sanctions européennes, alors que les deux parties ont engagé des négociations depuis deux mois. Cette tournée coïncide avec la mise en application de la grâce présidentielle en faveur de prisonniers burundais.

Lire aussi: Six ans après la répression, les habitants de Bujumbura se souviennent

Déjà au moins 1.300 détenus ont été libérés lundi 26 avril. Au total plus de 5.000 détenus - soit près de 40% des prisonniers du pays - sont concernés par cette mesure mise en œuvre pour, officiellement, désengorger les prisons surpeuplées.

Prévues début mars, les libérations avaient été reportées à cause d'"erreurs" sur les listes des bénéficiaires.

Pour Carina Tartsakian de l'initiative pour les droits humains au Burundi, ces libérations sont une avancée mais elle estime qu'il y en faut plus. Cliquez sur la photo ci-dessus pour écouter ses explications.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X