Tchad: Les présidents Macron et Tshisekedi appellent à une transition pacifique

Manifestations à N’Djamena du 27 Avril 2021

La répression des manifestations et les violences ont été condamnées hier mardi à Paris par les présidents français et congolais. Felix Tshisekedi, qui assure la présidence tournante de l'Union africaine (UA), était reçu à l'Elysée pour un déjeuner de travail avec au menu le dossier tchadien. L'occasion pour Emmanuel Macron d'affirmer haut et fort son soutien à une transition démocratique et inclusive alors que la France a été la cible de slogans hostiles hier lors des manifestations à Ndjamena.

Dans une déclaration commune, les présidents français et congolais ont condamné fermement la répression des manifestations et appelé le Conseil militaire de transition à respecter ses engagements, notamment celui d'une transition pacifique et inclusive.

Quatre jours après son déplacement à Ndjamena, Emmanuel Macron a également tenu à faire une mise au point. « J'ai apporté mon soutien à la stabilité et à l'intégrité du Tchad, très clairement à Ndjamena. Je suis pour une transition pacifique, démocratique, inclusive; je ne suis pas pour un plan de succession. Et la France ne sera jamais aux côtés de celles et ceux qui forment ce projet. »

Nous appelons au respect des engagements qui ont été pris par le Conseil militaire de transition

La réaction du président français Emmanuel Macron

Un changement de ton alors que la France a été la cible de slogans hostiles hier lors des manifestations.

Il avait dit qu'il ne permettra à personne d'attenter à la stabilité et à l'intégrité du pays. Pour nous, c'est un soutien sans faille au CMT ! Au point où il nous arrive de penser que la France a contribué à la formation du CMT et nous ne l'avons pas accepté. La France est une amie, mais même à un ami, quand on n'est pas content, on le lui dit.

Pour Mahamat Nour Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne pour la défense des droits de l'Homme, le président français a tenu des propos inacceptables lors des obsèques du président Déby

Felix Tshisekedi a pour sa part réitéré ses propos tenus vendredi à Ndjamena. « Nous soutenons évidemment la stabilité actuelle, mais à condition qu'elle aille très vite vers la consolidation de la démocratie, des insitutions démocratiques.»

L'Union africaine va sans doute envoyer dès cette semaine une mission de médiation sur place. Une mission qui, selon nos informations, devraient être conduite par le Nigérian Bankole Adéoye, le nouveau commissaire Paix et Sécurité de l'UA.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X