Somalie: Une intolérance suicidaire

Les violents affrontements opposant les régions rivales du Puntland et du Galmudug montrent que le chaos persiste en Somalie depuis la chute du régime de Siad Barre en 1991. Non seulement ces régions sont antagonistes et autoproclamées semi-autonomes, mais aussi l'une d'elles accuse l'autre d'avoir dupé les forces américaines pour qu'elles lancent une frappe aérienne au cours de laquelle 13 de ses soldats auraient été tués.

On sait que malgré l'élection de Hassan Shiekh Mohamoud à la présidence de la République somalienne le 10 septembre 2012 et la mise sur pied d'une assemblée, les autorités somaliennes peinent à bâtir un Etat. Elles doivent faire face à la tentative de sécession de certaines régions et à la rébellion des islamistes radicaux shebab. Les opposants aux autorités légales ne jurent que par la négation de l'Etat et la perte des fragiles dirigeants installés à Mogadiscio, la capitale. A telle enseigne que l'autorité de ces dirigeants ne se ressent que sur environ 2 % du territoire somalien. Qu'il s'agisse des seigneurs de guerre, des terroristes, des chefs de clan ou des trafiquants, les réfractaires au gouvernement central croient pouvoir maintenir leurs avantages en perpétuant le désordre. Cette intolérance est suicidaire dans ce pays de cinq millions d'habitants, où plus de 40% de la population vit dans un état d'insuffisance alimentaire grave selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'Organisation des Nations unies.

La Somalie veut cependant se donner les moyens de sortir de ce cycle infernal. Notamment grâce aux élections législatives prévues le 23 octobre et le 10 novembre ainsi que par le canal de la présidentielle programmée le 30 novembre prochain. Ces scrutins auraient pu se tenir en août et octobre, mais ils ont été reportés à cause de la persistance de l'insécurité. S'il est clair que l'insécurité perdure, il est également établi que les rebelles ont l'occasion de faire valoir leurs droits à travers le système d'élections indirectes. Puisque les anciens des clans sont appelés à sélectionner les parlementaires et les Etats fédérés des représentants. De sorte que la chambre des représentants et le parlement votent le président de la République.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X