Nigeria: Le Nord-Est du pays sous pression des groupes jihadistes de Boko Haram

Des tireurs d'élite nigérians organisent une manifestation lors du sommet des forces terrestres africaines à Abuja, au Nigéria, le 17 avril 2018. ALFS 18 est un séminaire d'une semaine réunissant les chefs des forces terrestres de toute l'Afrique pour discuter et développer des solutions coopératives et améliorer la sécurité et la stabilité transrégionales.

Depuis une dizaine de jours, l'Iswap, la faction de Boko Haram affiliée à l'État islamique, multiplie les attaques contre plusieurs localités dans les États de Borno et de Yobe. Ces attaques perturbent fortement le quotidien de populations de part et d'autre de la frontière avec le Niger.

Selon plusieurs sources, les groupes armés ciblent d'abord les symboles de l'État et les forces de sécurité. Ainsi, à Maïné-Soroa, ces groupes, soupçonnés d'être des membres de l'Iswap, la branche ouest-africaine de l'État islamique, ont attaqué des postes de gendarmerie, de police et de douane, pour ensuite saisir des armes et du matériel.

Des démonstrations de force qui font fuir les populations vers les communautés rurales de l'autre côté de la frontière. Dans la région nigérienne de Diffa, les afflux de réfugiés sont fréquents, explique un responsable local, démuni face à ces arrivées régulières.

Des déplacés, parfois stigmatisés par leurs hôtes. Les Boko Haram se fondent parmi les déplacés et sont accusés de donner ensuite des renseignements à leurs combattants, explique un observateur.

Ces flux de personnes se font dans des conditions précaires, comme l'explique Jean-Sébastien Josset, porte-parole du HCR au Niger : « Souvent, ils fuient, en n'emportant quasiment rien avec. Ils arrivent dans des conditions difficiles et surtout dans un contexte sécuritaire très tendu, qui ne permet pas un accès humanitaire immédiat. »

Depuis vendredi, la ville nigériane de Geidam est assiégée par de présumés jihadistes de l'Iswap. Une situation qui cause beaucoup de difficultés, d'autant plus que cette ville proche de la frontière fait aussi office de carrefour commercial. On y échange des fruits, des légumes et des céréales, qui alimentent les activités agropastorales des producteurs de la région de Diffa. Les prix ont déjà commencé à flamber, regrette un habitant, qui redoute la paralysie des activités économiques.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X