Afrique: Emmanuel Macron plaide pour un «New Deal»

Le président français, Emmanuel Macron

Trois semaines avant le sommet sur le financement des économies d'Afrique subsaharienne qui aura lieu le 18 mai à Paris, le président français Emmanuel Macron a appelé, mardi 27 avril, à un New Deal. C'était peu avant un déjeuner offert à Félix Tshisekedi, le président de la République démocratique du Congo.

Comment réagir face un « ralentissement très fort » des économies africaines provoqué par la crise du Covid-19 ? Les recettes d'hier sont inefficaces, selon Emmanuel Macron... Le président français prône donc l'invention d'un New Deal du financement de l'Afrique avant le sommet de la mi-mai. Pour lui, les pays riches sont en train collectivement d'abandonner le continent « à des solutions qui datent des années 60 ».

En faisant le parallèle avec la « Nouvelle Donne » du président américain Franklin Delano Roosvelt pour se relever de la grande dépression des années 1930, le chef de l'État français espère provoquer un électrochoc pour que le continent africain, qui connait une forte croissance démographique, ne soit pas laissé seul face à la réduction des opportunités économiques. Les conséquences de ce recul : la migration - notamment vers l'Europe - et l'expansion du terrorisme, a souligné Emmanuel Macron, qui ne veut pas s' « y résoudre ».

Le poids de la dette risque de s'alourdir

La veille du sommet de Paris sur le financement des économies d'Afrique subsaharienne prévu le 18 mai à Paris, une conférence consacrée à la dette du Soudan se tiendra dans la capitale française. Alors que la dette du continent avait fortement baissé dans les années 1990 à la suite de l'initiative du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale en faveur des pays pauvres et très endettés (PPTE), elle était repartie à la hausse entre 2006 et 2019. Elle a triplé pendant cette période, passant de 100 à 309 milliards de dollars. La pandémie de Covid-19 et ses conséquences n'ont rien arrangé. Selon le FMI, les pays d'Afrique sub-saharienne pourraient se trouver face à un déficit de financement de 290 milliards de dollars d'ici 2023.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X