Afrique: Les chercheurs agricoles à la quête de solutions aux défis du système alimentaire

28 Avril 2021

Les acteurs de la recherche agricole en Afrique de l'Ouest et du Centre veulent élaborer de nouvelles stratégies pour répondre aux besoins des agriculteurs et des producteurs des deux régions. Ils l'ont exprimé lors de la 13ème Assemblée générale du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (Coraf) qui s'est tenu de manière virtuelle, ce mercredi 28 avril autour d'un objectif primordial d'examiner les progrès réalisés dans la mise en œuvre des plans. Cette rencontre virtuelle devait aussi permettre d'élaborer d'autres stratégies pour répondre aux besoins des agriculteurs et des producteurs des deux régions.

Lors de leur conclave de ce mercredi les acteurs de la recherche sont revenus sur les répercussions de la pandémie due à la COVID-19 dont ont récemment fait face les agriculteurs d'Afrique de l'Ouest et du Centre, de même que les populations de ces deux régions.

En outre, ont-ils souligné, les deux régions sont confrontées à des défis liés à l'insécurité, affectant négativement le système alimentaire dont dépend la majeure partie de la population.

Cet état de fait a été au centre des échanges de la 13ème Assemblée générale du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (Coraf).

Le CORAF estime que la résolution de ces défis exige des solutions novatrices et une recherche de qualité.

C'est dans cette dynamique que les acteurs clés de cette organisation régionale, basée dans la capitale sénégalaise, ont permis aux partenaires d'évaluer ses performances depuis l'adoption de nouveaux plans en 2018 et d'envisager des solutions adéquates aux défis émergents et futurs.

Le Dr Angela Moreno, Président du Conseil d'administration du CORAF, a déclaré que « nous menons des activités de recherche et de développement dans toute l'Afrique de l'Ouest et du Centre pour mettre au point de nouveaux produits et services visant à améliorer la qualité de vie des familles rurales et agricoles et à satisfaire les besoins de nos clients ».

Cette question semble être posée au moment opportun, l'Assemblée générale, qui est la plus haute instance décisionnelle du CORAF. Un rendez-vous qui se tient tous les trois ans et dont la dernière a eu lieu à Dakar, en avril 2018.

Les acteurs appelés à l'innovation et à l'anticipation

En tant qu'instrument de coordination de la recherche, le CORAF devrait apporter des solutions innovantes aux défis du système alimentaire en Afrique de l'Ouest et du Centre.

Les échos de cette rencontre rapportent qu'à l'ouverture des travaux, certains orateurs, ont identifié l'innovation, une plus grande collaboration scientifique et l'anticipation comme des instruments essentiels pour relever certains des défis économiques auxquels les pays sont confrontés. C'est notamment le cas du Représentant l'USAID, un partenaire clé du CORAF, lit-on dans un document reçu à cet effet.

La même source rapporte les propos de M. Daniel Moore, Directeur de l'USAID pour l'Afrique de l'Ouest qui indique : « Les défis de la région restent énormes et aggravés par la pandémie, appelant à plus d'innovation dans les approches, à plus de proactivité et à une meilleure anticipation pour contribuer à la reprise économique de la région ».

Le document de préciser que l'USAID représente actuellement les partenaires financiers et techniques du CORAF au sein du Conseil d'administration et de l'AG.

Avant de souligner que M. Moore, qui s'est exprimé en leur nom, a fait valoir que l'établissement de systèmes alimentaires résilients, productifs et concurrentiels était une façon de réduire la dépendance à l'aide étrangère et de renforcer l'autosuffisance alimentaire.

Il est attendu que de cette première partie de l'AG du CORAF, tenue ce mercredi 28 avril, l'approbation de l'état de mise en œuvre des résolutions et des recommandations de la 12ème Session ordinaire de l'Assemblée Générale.

Les acteurs devraient aussi parvenir à l'harmonisation des outils de gouvernance du CORAF et adopter une feuille de route pour la mise en œuvre des textes révisés.

Ils devraient valider la proposition de soutien à une plus grande intégration des activités du CORAF en Afrique centrale et au sein de la Commission économique pour les États d'Afrique centrale (Ceeac) et planifier des réunions consultatives.

L'AG devrait aussi examiner et adopter le rapport d'étape sur l'évaluation à mi-parcours de la performance des capacités institutionnelles du CORAF et la feuille de route pour la mise en œuvre des recommandations mais aussi approuver et présenter le nouveau Conseil d'administration.

Les services du CORAF renseignent que suite à la réunion d'affaires virtuelle, une deuxième partie, en présentiel, est prévue dans la capitale tchadienne en janvier 2022, au cours de laquelle des plans actualisés seront adoptés pour permettre à l'organisation de remplir son mandat, de renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de stimuler la prospérité.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X