Maroc: Un vaccin, deux avantages

Le précieux liquide limiterait la transmission de la Covid-19, d'après les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC)

Si le ministère de la Santé a décidé d'élargir, dès ce mardi, la vaccination anti-Covid aux personnes âgées entre 55 et 60 ans, l'avion de la Royal Air Maroc, en provenance de l'Empire du Milieu, qui s'est posé quelques heures plus tôt à l'aéroport Mohammed V de Casablanca, avec à son bord 500.000 doses du vaccin Sinopharm, n'y est évidemment pas totalement étranger. Cette livraison, la quatrième depuis le début de la campagne nationale de vaccination, le 28 janvier dernier, porte désormais le total des doses reçues à deux millions sur les 40 millions promises.

Et a priori, d'autres livraisons devraient suivre. Rappelons que lors d'un entretien daté du 7 avril dernier, le président de l'Assemblée nationale populaire de Chine, Li Zhanshu, a assuré à Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, la livraison de 10 millions de doses fin avril-début mai. A l'évidence, Pékin entend tenir sa promesse. Il était temps. Lundi soir, en comptant les 7.805 injections réalisées le jour même, 4,73 millions de personnes ont reçu la première dose lors de la campagne de vaccination nationale et 4,21 millions au total sont complètement immunisées. Théoriquement, les 500.000 doses serviront à immuniser via l'injection de deux doses 250.000 citoyennes et citoyens prioritaires, certainement âgés entre 55 et 60 ans, d'autant que la vaccination des plus de 60 ans a avancé à grands pas.

D'ailleurs, les autorités sanitaires demandent aux personnes cibles de prendre rendez-vous pour la vaccination en envoyant un SMS au 1717 ou à travers le portail www.liqahcorona.ma, tout en exhortant la population à respecter les mesures de protection avant et après la vaccination. Enfin surtout avant. Car contrairement aux doutes récemment émis par l'Organisation mondiale de la santé, comme relaté dans notre édition du mercredi 7 avril, de plus en plus d'indicateurs prouvent que les vaccins permettent non seulement de protéger contre la Covid-19, mais aussi de réduire la transmission du virus.

Aux Etats-Unis, où plus de 85 millions de citoyens ont déjà reçu deux injections de vaccins contre le nouveau coronavirus, ce qui en fait le pays le plus avancé dans le monde en matière de vaccination, avant la Chine et l'Inde, les dernières données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies américains (CDC) prouvent qu'à quelques exceptions près, les vaccins réduisent drastiquement la transmission du virus. En effet, à la date du 14 avril, les CDC avaient enregistré 5.814 nouvelles infections chez les personnes vaccinées.

"Près de la moitié (45%) de ces infections concernait des sujets de plus de 60 ans. Parmi ces infections post-vaccinales, 7% ont dû être hospitalisées et les patients sont morts dans 1% des cas", relate le site "National Geographic" L'immunité stérilisante qui englobe une protection totale contre la maladie ainsi qu'une absence de transmission du virus n'est pas une mince affaire. Elle est considérée comme "le Saint Graal du développement du vaccin", comme l'a expliqué à National Geographic, Jason Kindrachuk, professeur de virologie au sein de l'Université du Manitoba à Winnipeg, au Canada.

Cela dit, tous les vaccins n'empêchent pas automatiquement les individus complètement vaccinés de transmettre des pathogènes. Aucun des vaccins homologués aux Etats-Unis par la Food and Drug Administration (FDA) n'est utilisé lors de la campagne nationale de vaccination. Il est donc difficile d'assurer avec certitude que les vaccins produits par Sinopharm et AstraZeneca, pierres angulaires de la campagne vaccinale marocaine, présentent les mêmes avantages en termes d'immunité stérilisante.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X