Sénégal: Une rallonge budgétaire de plus de 650 millions de F Cfa pour le projet FassE

28 Avril 2021

L'initiative pilote d'opérationnalisation du dividende démographique en milieu urbain populaire qui a démarré dans la commune de Gueule Tapée-Fass-Colobane (Gtfc) à Dakar va recevoir une rallonge budgétaire de plus de 650 millions de F Cfa. L'annonce a été faite ce mercredi 28 avril, par le Directeur du bureau Afrique de l'Ouest et du Centre de l'UNFPA, M. Mabingué Ngom. C'était à l'occasion de la visite de l'ambassadeur de France à Dakar, M. Monsieur Philippe Lalliot qui a fait part, par la même occasion, de l'intérêt manifesté par l'Union européenne à accompagner le projet pilote d'opérationnalisation du dividende démographique en milieu urbain populaire (FassEmergent) qui a démarré dans la populeuse commune de Gueule Tapée-Fass-Colobane (Gtfc) à Dakar, a le vent en poupe.

Après que la kyrielle de partenaires engagés aient jugulé leurs efforts pour parvenir à des résultats concrets en deux ans de mise en œuvre, le système des Nations Unies vient d'accorder une rallonge financière de plus de 650 millions de F Cfa.

M. Mabingué Ngom, Directeur régional du bureau Afrique de l'Ouest et du Centre de UNFPA qui a donné la nouvelle y voit une marque de reconnaissance du Bureau du secrétariat des Nations Unies.

Pour lui, c'est un appui additionnel à la Commune de Fass – Gueule Tapée – Colobane qui va aider à consolider les actions en cours, pour les élargir.

Avant d'ajouter que c'est un signal fort du modèle FassE dans les autres communes du Sénégal comme celles des régions de l'Afrique de l'Ouest du Centre où les défis sont similaires à celle de Fass-Colobane-Gueule Tapée.

Ce qui lui fait dire que « le train est bien parti et il faut maintenant que nous fassions venir tout le monde autour de ce modèle qui pourrait constituer une réponse locale aux défis les plus pressants auxquels les populations sont confrontées. C'est cette dynamique qu'il fallait créer ».

L'intérêt manifesté par les partenaires et techniques et financiers est certainement motivé par des réalisations concrètes du dividende démographique en milieu urbain populaire.

L'état d'avancement des travaux montre que dans les prochains jours les femmes de la commune pourront prendre leurs soins dans un cadre meilleur.

Les jeunes de la localité commencent déjà à fréquenter le guichet unique pour un accès à l'emploi, aux conseils, accompagnement pour la création d'entreprise.

D'autres initiatives sont également en cours notamment le Centre conseil ado et un dispositif d'appui aux organisations de femmes.

M. Ngom estime que la chose la plus importante dans ce projet c'est la mobilisation, la dynamique, l'espoir qui est née de cette initiative.

«  En parlant avec les jeunes, les personnes âgées et les femmes ont senti une confiance pour l'avenir ».

Il dit être convaincu que des initiatives assez militantes peuvent transformer le paysage de Fass et même et d'autres communes de la ville de Dakar.

Pour lui, il reste à optimiser ce modèle pour pouvoir le répliquer et attirer les partenaires dans l'optique d'accompagner les 557 communes du Sénégal et celles de la sous-région qui ont les mêmes problèmes auxquels les populations font face.

Les pays de l'Union européenne vont étudier les possibilités de participer

Le passage de l'échelle avec la réplication du projet FassEmergent s'annonce sous de bons auspices.

Déjà, lors du lancement de l'ouvrage « Capture du dividende démographique au service de l'émergence : cas de la commune de Gueule Tapée-Fass-Colobane (Dakar) », le lundi 12 avril à Dakar, toutes les collectivités territoriales présentes avaient manifesté leur volonté de répliquer le modèle FassE dans leur localité.

C'est dans cette dynamique que l'ambassadeur de la France à Dakar a fait part de l'intérêt des pays européens d'étudier les voies de partenariat possible.

M. Monsieur Philippe Lalliot confie qu'une réunion sera tenue dans ce sens entre les ambassadeurs des pays de l'Union européenne accrédités à Dakar et les services du bureau régional de l'UNFPA.

Il dit être impressionné par le modèle FassEmergent qui traite des priorités de la coopération entre le Sénégal et la France notamment l'éducation, l'emploi des jeunes, l'accès à la santé.

Pour ce diplomate qui a été fait citoyen d'honneur de la Commune de Fass, ces priorités prises à l'échelle locale sont la meilleure manière de répondre aux préoccupations des populations.

L'ambassadeur de la France pense qu'à l'avenir les deux pays doivent travailler dans ce sens. « Il faut que nous ajoutions à la diplomatie de pays à pays une diplomatie entre collectivités locales de façon à aller au plus près des attentes et les besoins des populations ».

Il dit s'attendre des demandes concrètes dans les différents domaines pour étudier, de concert avec la commune, les possibilités de partenariat.

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X