Afrique: Covid-19 - Que sait-on des variants sud-africain et indien?

L'émergence de variants du coronavirus à travers le monde pose de nombreuses questions. Le point sur ce que l'on sait sur les variants sud-africains et indien.

Plusieurs variants du coronavirus inquiètent en ce moment les scientifiques. Il y a eu environ 12.000 mutations du virus à ce jour. Les variants les plus préoccupants sont ceux qui proviennent du Brésil, d'Afrique du Sud et d'Inde.

Ces variants inquiètent car ils bénéficieraient d'un potentiel de transmissibilité plus important et entraîneraient des formes plus graves de la maladie. On s'intéresse plus particulièrement aux variants sud-africain et indien.

Le variant sud-africain

Il est issu d'une mutation de la protéine Spike, la clé qui permet au SARS-CoV-2 de pénétrer dans nos cellules. Elle est aussi l'une des cibles de notre système immunitaire face à l'infection. Voilà pourquoi cette nouvelle version du virus semble pouvoir réduire sa détectabilité par les anticorps.

Les chercheurs estiment par ailleurs que ce variant sud-africainest environ 50 à 60% plus contagieux, sans pour autant être plus mortel. En revanche, de plus en plus de jeunes semblent tomber malades une fois infectés par ce variant, y compris des enfants.

Comme il peut échapper partiellement à la réponse immunitaire, le variant sud-africain réduirait aussi l'efficacité des vaccins. Le vaccin d'AstraZeneca n'offrirait ainsi qu'une protection minimale contre les formes légères et modérées de la maladie.

C'est-à-dire que les personnes vaccinées peuvent être infectées et développer également des symptômes.

En revanche, les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna semblent efficaces contre les mutations du SRAS-CoV-2 apparues en Afrique du Sud.

A la fin mars, le variant sud-africain avait déjà été signalé dans 18 pays d'Afrique, dont le Cameroun, le Rwanda, ou la RDC, selon le Centre africain de prévention des contrôles des maladies.

"Le double mutant"

Le variant indien suscite des inquiétudes à cause de la dégradation rapide de la situation sanitaire dans ce pays.

Ce variant résulte de quinze mutations. Mais deux d'entre elles inquiètent les chercheurs : la mutation observée sur le variant californien (la mutation L452R) et une mutation proche de celle que présentent les variants brésilien et sud-africain (la mutation E484Q).

Deux mutations encore jamais observées ensemble. C'est pour cela que le variant indien est qualifié de "double mutant".

S'il semble acté que la double mutation présentée par le variant indien le rendrait plus contagieux que les autres, il est encore trop tôt pour dire si celui-ci est plus mortel

Pour ce qui concerne les vaccins, les chercheurs indiens pensent qu'ils sont encore efficaces contre le variant. Et ce mercredi, le fondateur du laboratoire BioNTech s'est dit "confiant" dans l'efficacité du vaccin Pfizer/BioNTech contre le variant indien.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X