Afrique: Des forêts saines sont essentielles pour «reconstruire en mieux»

communiqué de presse

Rome/New York — La FAO se rallie à l'appel mondial à l'action pour inverser la déforestation à l'occasion du Forum des Nations Unies sur les forêts

Des forêts saines sont essentielles pour «reconstruire en mieux», a ' déclaré aujourd'hui le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), M. Qu Dongyu, dans son discours présenté en vidéo à la table ronde de haut niveau du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF, 26-30 avril 2021).

Dans son allocution, le Directeur général a vanté les nombreuses vertus des forêts, notamment celles d'assurer la sécurité alimentaire et les revenus des populations, de stocker le carbone, de fournir de l'énergie et une eau pure et d'abriter la majeure partie de la biodiversité terrestre de la planète. Il a souligné plus particulièrement le rôle majeur des forêts en ces temps marqués par des crises climatique, sanitaire et économique sans précédent, qui est porteur d'espoir pour les populations, l'environnement et l'économie. Il a toutefois tenu à souligner que la déforestation et la dégradation des forêts continuaient d'avoir des conséquences dévastatrices pour l'environnement et les vies des populations.

Selon l'Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 produite par la FAO, 10 millions d'hectares de forêts sont détruits chaque année par la déforestation. En outre, la dégradation des terres touche près de 2 milliards d'hectares, soit une superficie supérieure à celle de l'Amérique du Sud. À cet égard, le Directeur général a précisé l'engagement de la FAO à transformer les systèmes agroalimentaires et à faire progresser l'initiative du Secrétaire général des Nations Unies visant à inverser le cours de la déforestation.

«L'augmentation de la production agricole en vue d'assurer l'alimentation d'une population croissante et l'arrêt de la déforestation ne s'excluent pas l'une l'autre», a-t-il fait valoir. La solution se trouve en partie dans l'augmentation des investissements dans les forêts et la mobilisation de partenariats mondiaux, selon le Directeur général, qui en a souligné la nécessité: «Nous devons travailler ensemble avec toutes les parties prenantes, notamment les gouvernements, le secteur privé, les collectivités locales, les femmes, les jeunes, ainsi que les peuples autochtones qui gèrent 28 pour cent environ des terres émergées.»

Une participation de haut niveau

La table ronde de haut niveau a également vu la participation de M. Munir Akram, Président du Conseil économique et social (ECOSOC); M. Volkan Bozkır, Président de l'Assemblée générale; Mme Amina J. Mohammed, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, et Mme Elizabeth Maruma Mrema, Secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Dans son allocution, le Président de l'ECOSOC a souligné la nécessité de restaurer l'équité entre les êtres humains et l'équilibre avec la nature et de définir les priorités scientifiques, ce qui jouera un rôle essentiel sur la voie de la reprise au sortir de la pandémie de covid-19. Le Président de l'Assemblée générale a mentionné le caractère opportun de la discussion, en qualifiant la protection des forêts de solution la plus facile et la plus évidente.

Pour sa part, la Secrétaire générale adjointe a fait valoir la nécessité de débloquer des investissements pour la restauration des forêts. Elle a déclaré que l'ère des négociations devait à présent laisser place à une décennie d'action. La Secrétaire exécutive de la CDB s'est faite l'écho de ces remarques en déclarant que nous devons aborder la Décennie pour la restauration des écosystèmes en opérant un renversement de tendance pour nous concentrer sur la nature, le climat et la biodiversité. «Les programmes de redressement pour reconstruire en mieux après la pandémie de covid-19 devraient donc comporter de solides garanties environnementales», a-t-elle ajouté.

Rapport 2021 du Forum des Nations Unies sur les forêts

Lors de la table ronde de haut niveau, a été lancée la première publication phare produite par le Secrétariat du Forum des Nations Unies sur les forêts du Département des affaires économiques et sociales de l'ONU. Cette publication, intitulée «The Global Forest Goals Report 2021» (Rapport sur les objectifs mondiaux relatifs aux forêts, 2021), dresse l'état des progrès accomplis dans la réalisation des six objectifs mondiaux relatifs aux forêts. Couvrant 75 pour cent des forêts du monde, ce nouveau rapport est bâti sur les données et les informations de plus de 70 rapports et contributions nationaux volontaires complétés de données biophysiques issues de l'Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 de la FAO.

L'un des messages phares de cette évaluation est que la perte de superficies forestières connaît un ralentissement, qui reste néanmoins largement insuffisant pour correspondre aux niveaux des engagements internationaux concernant les forêts. Il est donc indispensable d'intensifier les actions conjointes pour mettre un terme à la déforestation et à la perte de biodiversité. En outre, ce rapport contient une série d'exemples de réussite présentant les meilleures pratiques susceptibles d'éclairer les décisions, et de généraliser et transposer les solutions à une plus grande échelle. Dans son message communiqué au Forum par vidéo, Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, a accueilli ce rapport avec satisfaction, en soulignant la nécessité de combler les lacunes dans les connaissances de sorte à déclencher une transformation de la gestion forestière à la lumière de la pandémie de covid-19 et d'autres défis.

Qualifiant le nouveau rapport «d'excellent exemple de collaboration fructueuse», elle a réaffirmé le soutien de la FAO aux pays dans la collecte, l'analyse et l'exploitation des données forestières au service de la gestion durable des forêts du monde. «Il est vital d'échanger les informations et les connaissance et de travailler ensemble» a déclaré Mme Semedo.

Priorités de la FAO en matière de forêts

Les forêts et leur restauration font partie intégrante du Programme FAO d'intervention et de redressement dans le contexte de la covid-19, qui recourt à la science, aux technologies, aux données, ainsi qu'au dynamisme et à la créativité des êtres humains pour reconstruire en mieux. La FAO préside le Partenariat de collaboration sur les forêts, qui réunit 15 organisations internationales et s'emploie à aider les pays à protéger, restaurer et gérer durablement leurs forêts. En outre, la FAO codirige, avec le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), la mise en œuvre de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, qui donnera un élan à la restauration des forêts du monde et contribuera aux objectifs de développement durable.

Plus de: FAO

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X