Ethiopie: Appel pressant pour une participation massive aux élections générales du 05 juin

Des réfugiés fuyant les violences au Yigré en Ethiopie.

Addis — Abeba - A cinq semaines des élections générales prévue le 05 juin prochain en Ethiopie, les appels se multiplient pour inciter les citoyens à s'inscrire pour voter lors de ces échéances, les 6ème dans le pays est-africain de plus de 110 millions d'habitants.

La Primature, le Conseil national électoral d'Ethiopie et même le Conseil national de sécurité ou encore les partis politiques ont lancé des appels pressant à l'adresse de la population pour une participation massive à ce scrutin qui va déboucher sur la formation d'un nouveau gouvernement après la fin en octobre dernier du mandat de l'exécutif actuel qui a continué sa mission après le report des élections générales prévues initialement en août de l'année dernière, en raison de la pandémie du coronavirus.

La date limite d'inscription des électeurs a été prolongée de deux semaines jusqu'au 7 mai prochain pour permettre la participation d'un grand nombre possible d'Ethiopiennes et d'Ethiopiens à ces élections qui interviennent après les réformes politiques, économique et sociales entreprises par le Premier ministre Abiy Ahmed, depuis son arrivée au pouvoir en 2018, mais surtout dans un contexte marqué par la fin de l'opération dite de maintien de l'ordre dans l'Etat régional du Tigray et le début de la reconstruction et de la réhabilitation de la région, outre les défis à relever sur les plans sécuritaires dans certaines zones du pays en plus de l'épineuse question du grand barrage la Renaissance, dont le deuxième remplissage est prévu en juillet prochain alors que les négociations tripartites sont dans l'impasse.

Ainsi, le Premier ministre Abiy Ahmed a appelé à une participation active des citoyens à ces élections pour garantir un système démocratique. «Les citoyens doivent participer d'une manière active à travers divers engagements, en particulier lors des élections», a-t-il souligné.

Les citoyens doivent aussi contribuer à la réussite d'une élection transparente et crédible en oeuvrant dans le cadre des organisations de la société civile, a relevé le Premier ministre.

Ils peuvent aussi, dit-il, assurer l'observation de l'opération d'inscription des électeurs, la campagne électorale et le processus de vote, et aider les forces de sécurité à lutter contre d'éventuelles violences avant et après les élections.

«Inscrivons-nous aujourd'hui pour voter et décider l'avenir de la démocratie de notre pays», avait tweeté, M. Abiy Ahmed, notant que les élections sont la clé pour résoudre les maux qui avaient frappé depuis de longues années l'Ethiopie et ouvrir un nouveau chapitre de la démocratie éthiopienne.

Pour le réformateur Abiy Ahmed, le leadership ne peut être atteint que par des élections.

De son côté, le Conseil national de sécurité, réunit la semaine dernière, a exhorté les citoyens à retirer leurs cartes d'électeur et contribuer à la réussite des prochaines élections générales. «Nous devons tout d'abord retirer notre carte d'électeur pour que les prochaines élections soient couronnées de succès», souligne le Conseil dans un communiqué à l'issue d'une réunion consacrée aux élections, la question du grand barrage la Renaissance et les défis sécuritaires auxquels l'Ethiopie est confronté.

Selon le Conseil national électorale d'Ethiopie, plus de 18,4 millions d'électeurs ont été inscrits jusqu'au 22 avril courant, alors que le nombre d'électeurs qui devraient voter à ces élections est estimé à 50 millions.

L'inscription des électeurs a été retardée dans certains Etats régionaux, en particulier en Somali et en Afar, en raison de problèmes de sécurité et des désaccords entre les gouvernements régionaux et le Conseil national électoral. Ce dernier a dû prolonger la date limite des inscriptions de trois semaines dans ces deux régions au lieu de deux semaines pour le reste du pays.

Depuis octobre dernier, le Conseil national électoral d'Ethiopie avait entamé les préparatifs de ces échéances tant attendues et auxquelles le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a exprimé son attachement à leur tenue, rejetant la proposition de la formation d'un gouvernement de transition après le report de ces élections prévues initialement en août de l'année dernière.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X