Afrique: L'Allemagne va restituer des bronzes du Bénin au Nigeria

Ancestral head of an oba (a king), part of an exhibition on empire and museum collections

L'annonce a été faite par Monika Grütters, la secrétaire d'Etat allemande à la Culture. En Afrique, les réactions sont mitigées.

La décision a été prise lors d'une réunion entre responsables de musées et des représentants politiques nationaux et régionaux organisée à l'initiative de la secrétaire d'Etat Monika Grütters.

Il faut savoir que cette collection est présentée comme la plus importante du genre après celle du British Museum de Londres. Les bronzes du Bénin figurent parmi les artefacts les plus réputés de l'art africain.

Latifat Afegbua est nigériane, elle salue cette décision de l'Allemagne. "Il s'agit de la culture béninoise, c'est leur propriété et ils en ont besoin. Donc, s'ils décident de les restituer, je pense que c'est une très bonne chose car c'est notre culture."

L'Allemagne se prépare à restituer des bronzes de Benin City

Il faut savoir que les pièces qui vont être rendues sont originaires de l'ancien royaume du Bénin, situé dans l'actuel Nigéria.

Mais cette initiative n'est pas la première en la matière comme le rappelle Mwanzulu Diyabanza, porte-parole de l'organisation panafricaine Unité, dignité, courage. Il est également membre du fond culturel anti-spoliation. "Toute initiative qui vient dans le sens d'appuyer la restitution est par principe la bienvenue. Mais s'il faut rentrer dans la profondeur de ce type de proposition, j'espère que cela va s'écarter de la proposition du British Museum qui veut aller dans ce sens mais sous la forme d'un prêt, ou encore de celle du gouvernement français qui en restituant 26 œuvres pillées du palais d'Abomey a omis deux œuvres essentielles", martèle l'activiste.

Implications des états africains

Notons qu'en Europe, la plupart des anciennes puissances coloniales ont lancé ces dernières années des réflexions sur la réappropriation de leur patrimoine par les anciens pays colonisés, surtout africains.

Des banques culturelles pour sauver le patrimoine africain

Pour Felwine Sarr, universitaire et écrivain sénégalais qui enseigne à l'Université de Duke aux Etats-Unis, il est temps que les Etats africains soient présents sur cette question. "C'est symbolique dans le sens où les bronzes du Bénin ont été pris lors du pillage de Benin City en 1897. Je pense que c'est un mouvement qui sera tectonique, il prendra le temps qu'il prendra mais on ne pourra pas le limiter. Il faut maintenant que les Etats africains soient présents sur la question du point de vue historique, du point de vue de leur identité et leur patrimoine", insiste Felwine Sarr

Pour l'historien et politologue camerounais Achille Mbembe, au-delà de la restitution des œuvres d'art, il faudrait penser au sens plus large pour garantir des institutions fortes sur le continent. "La restitution des objets d'art ferait partie de cette démarche générale, cette enveloppe générale mais il y en a d'autres. Il y a par exemple la nécessité, si on veut la stabilité, d'investir non pas dans l'élévation des hommes forts mais dans la construction des institutions", rappelle l'intellectuel.

Le Nigeria veut construire un nouveau musée pour exposer les précieux bronzes. Le futur bâtiment devrait sortir de terre à la fin 2024 à Benin City dans l'Etat d'Edo.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.