Guinée: Le deal KPC et Antonio Souaré qui pourrait prendre en otage le football guinéen pour des nombreuses années

Il s'agit sans doute un retournement spectaculaire de la situation. Machiavélisme oblige, les farouches ennemis d'hier seraient vite redevenus amis. D'après nos informations, ces « amis » de circonstance liés notamment à la préservation des leurs intérêts et leurs prestiges seraient en train de former une coalition pour le contrôle du football guinéen. Ça serait sans doute une véritable prise d'otage de la Fédération guinéenne de football.

Tenez-vous bien, quelques jours après le retrait de la candidature d'Antonio Souaré, une autre pièce de puzzle plus complexe est en train de se dessiner. Les trois chevaliers de l'apocalypse (KPC, Antonio et Mathurin, le facilitateur) n'auraient pas attendu longtemps pour paraître au grand jour dans le but de déstabiliser le football guinéen quitte à mettre la Guinée sur le ban de la FIFA.

KPC qui se définissait comme un saint serait en train de faire des pratiques dénuées de toute orthodoxie, a-t-on appris. L'homme d'affaires aurait noué un deal pour occuper la présidence de la FEGUIFOOT. Et pour y arriver, il n'hésiterait pas à saper toute valeur de transparence qu'il prétendait défendre il y a quelques semaines.

En effet, pour diriger la fédération, il n'hésite pas à accueillir un loup que tout le monde craint dans la bergerie. C'est dans ce cadre qu'il aurait décidé d'ouvrir un couloir de négociation avec Antonio Souaré sous les auspices du Général Mathurin Bangoura, indique notre informateur. Ceci dans l'optique d'obtenir le soutien de M. Souaré. En échange, celui-ci pourrait être exempté de toute poursuite judiciaire sur sa gestion calamiteuse durant ces quatre dernières années à la tête de la Fédération guinéenne de football (FEGUIFOOT). Et pour dire que KPC s'en ficherait de la bonne gouvernance du football. Si l'information se confirme, ce qui veut dire qu'il soutiendrait sans hésiter une impunité totale !

Le deal qui serait en phase d'être paraphé risque d'attirer d'ennuis à notre pays auprès de la haute instance du football du monde. Jusqu'ici, la Guinée est sous des menaces des sévères sanctions de la part de la FIFA. Car, en invalidant injustement la candidature de l'unique candidat Aboubacar Touré, les magouilles sont en train de sortir de l'ombre. Les projets machiavéliques pour un retour de KPC dans la course pourraient visibles y compris auprès de nos partenaires internationaux.

Violations des textes, injustice et impunité, ces trois fléaux risquent de rattraper dans les jours ou les semaines à venir le football guinéen. Et si cela arrivait tout le monde serait conscient que KPC, Antonio Souaré et Mathurin Bangoura seront les principaux responsables de tout préjudice qui viendra freiner l'élan du football guinéen.

Ce vendredi, nos confrères de Gnakrylive ont interrogé Djibril Sow sur la décision de la commission électorale de recours. Ce juriste grand connaisseur des textes de la fédération guinéenne de football (FEGUIFOOT) et de la FIFA est revenu sur cette rocambolesque affaire. Lisez.

« Pour commencer d'abord j'informe tout le monde que, c'est la chambre de résolution des litiges (CRL) qui est habilité à trancher tous litiges visant l'article 22a, 22b, 22d, et 22e. Article 12 bis qui concernent l'arriéré de paiement de salaire tout club qui ne paie pas son joueur est sanctionné par l'alinéa 4. Par contre l'article 58 paragraphe 1 des statuts de la FIFA donne droit au club de AS KALOUM de faire appel devant le tribunal arbitral du sport ( TAS) . »

« Je l'informe que la condamnation de L'AS Kaloum ne condamne aucun membre du club, c'est l'institut qui est qui est condamné pas l'ex secrétaire général Mr Aboubacar TOURE « Boubatri » lui sa personne n'est pas condamné par la chambre de résolution des litiges (CRL) de la FIFA la condamnation de ASK n'a rien à voir avec lui. »

Poursuivant son intervention, Djibril Sow revient sur le comportement discriminatoire que ne tolère la FIFA.

« La FIFA condamne toute forme de discrimination article 13 du code disciplinaire de la FIFA. Cet article dit clairement toute personne portant atteinte à la dignité d'une personne ou d'un groupe de personnes discriminant ou dénigrant par leurs paroles ou leurs actions en raison notamment de la richesse ou tout autre statuts ou de quelque autre motif seront sanctionnés. »

« Si un ou plusieurs personnes d'une association adoptent ce genre de comportement est sanctionné par l'alinéa 1. Du présent article l'association fera l'objet des mesures disciplinaires. Et Le TAS va confirmer les mêmes sanctions en général.

« Vu le comportement avares de certains membres statuaires de la FGF et certains membres électorale et la commission de recours jusqu'à l'invalidation de la candidature de Mr Aboubacar TOURE « Boubatri » non fondé prouve le conflit d'intérêt que l'article 19 du code disciplinaire de la FIFA considère comme violation du code d'éthique. »

« Pour lutter contre toute violation du code d'éthique toutes les associations membres de la FIFA sont tenues obligées d'intégrer dans le règlement conformément à leur organisation interne les articles suivants: article 33 alinéa 6 article 42 alinéa 2 article 58 article 63 article 64 article 99 alinéa 2 et article 102 alinéa 3. Une association qui ne respecte pas ses articles est sanctionné actuellement c'est le cas de notre fédération ainsi que les membres de la commission de recours installés. »

Après la sortie des membres statutaire de la fédération en faisant allusion à l'article 80 de ladite institution, il précise :

« En faisant référence maintenant de l'article 80 du statut de la FGF qui demandait le report et de réouverture de dépôt de candidatures cet article dit clairement il y a report ou réouverture de dépôt de candidatures sauf en cas de force majeure alors qu'ici n'est pas le cas de force majeure, n'est pas établi donc ça n'entrave pas le processus électoral. »

« Plutôt ici, c'est le conflit d'intérêt qui est établi en flagrant. Quand y a 2 candidats en lice et que la date de dépôt de candidatures est clôturée la date est fixée est que l'un des candidats retire sa candidature suite à la violation du code d'éthique de sa propre fédération ça n'entrave pas le processus électorale le candidat en lice est élu avec acclamations. »

A la suite de son intervention Diégo Sow prévient la sanction qui plane le pays.

« Je préviens l'opinion que si Mr Aboubacar TOURE « Boubatri » n'est pas rétabli dans ses droits et que l'affaire est porté devant le TAS, la FGF serait suspendu pour plusieurs années dans ce cas on dira au revoir à la CAN et beaucoup d'autres compétitions voir même notre championnat. »

« Moi je demande la commission d'éthique de la fédération guinéenne de football de football est de prendre leurs courages pour sauver notre football en prenant les mesures qu'il faut. Mon mot de la famille je dirais chacun de nous n'a qu'arrêter de défendre ses intérêts personnels et de penser à ses nombreux jeunes qui non espoirs que le football pour réussir. »

Il estime que Dieu a déjà choisi le prochain président de notre football durant ces quatre prochaines années.

« Dieu a choisi le président de notre fédération tout ce que dieu fait est bon d'autres personnes veulent changer la volonté de dieu, on ne brave pas la volonté de Dieu seul lui il sait pourquoi il a choisi Mr Aboubacar TOURE « Boubatri » pour diriger notre football, je demande à tous les membres du football musulman comme chrétiens qui croient vraiment à la volonté de Dieu et réfléchir très bien pourquoi Dieu à fait partir Mr Antonio Souaré président brave pour choisir Boubatri. Donc sachez que Dieu a un plan positif pour notre football. »

« Les gens doivent savoir que ce n'est pas parce qu'on n'as pas on ne peut diriger une institution. Tu as des subventions de la FIFA, la Caf des sociétés en place... .il te suffit juste d'être dynamique avoir une bonne équipe au tour »

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.