Nigeria: Mort du chef de gang qui avait mené l'enlèvement de 344 garçons d'un pensionnat

Au Nigeria, le chef de gang qui a conduit l'enlèvement de 344 jeunes garçons à Kankara, dans le nord-ouest du Nigeria au mois de décembre, a été tué par d'autres « bandits » locaux, quelques jours seulement après avoir rompu l'accord de paix qu'il avait conclu avec le gouvernement local.

Auwal Daudawa avait coordonné en fin d'année dernière un enlèvement de masse dans un pensionnat du nord-ouest du Nigeria, le premier d'une série. Ce kidnapping avait d'autant plus marqué les esprit qu'il avait été revendiqué par Boko Haram. Les enfants avaient été libérés quelques jours plus tard et le chef « bandit » avait conclu un accord de paix avec les autorités locales - un engagement auquel il avait finalement renoncé, peu avant sa mort.

Auwal Daudawa a été tué par balle, lors d'une confrontation avec un autre groupe armé une dizaine de jours seulement après avoir rejoint la forêt et repris les armes. C'est ce qu'ont annoncé les autorités de l'État de Zamfara, qui avaient conclu un accord d'amnistie avec ce chef de gang au mois de février.

Lui et six de ses lieutenants avaient rendu armes et munitions, en échange d'une réintégration à la vie civile et d'un dédommagement financier de la part du gouvernement local.

Mais à la mi-avril, le chef de gang a finalement rompu cet accord pour retourner en forêt, où il a été tué par balle au cours d'un affrontement avec une bande rivale, au sujet d'un vol de bétail.

Les raisons précise de son retour à la vie criminelle sont floues, mais ces événements remettent une nouvelle fois en cause la politique des gouverneurs locaux consistant à passer des accords d'amnistie avec les bandits qui opèrent dans le nord-ouest du Nigeria. Ces accords qui n'ont aucune base légale sont fragiles, alors que la prise en charge et la réintégration des repentis demeure quasiment inexistante.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.