Afrique: L'Afrique du Sud veut interdire l'élevage de lions en captivité

L'Afrique du Sud a annoncé dimanche son intention de mettre un terme à l'élevage de lions en captivité, que ce soit pour la chasse, pour en faire des attractions touristiques ou pour vendre leurs ossements sur les marchés d'Asie de l'Est où ils sont réputés pour leurs prétendues vertus médicinales. Le pays, dont le tourisme représente 7% du PIB, veut promouvoir une expérience plus authentique de la vie sauvage.

« Nous ne voulons plus que les lions soient élevés en captivité, chassés en captivités, caressés en captivités », a déclaré la ministre sud-africaine de l'Environnement Barbara Creecy, reprenant à son compte les conclusions d'un rapport écrit par un comité d'experts chargé par le gouvernement de se pencher sur les règles encadrant la chasse, le commerce et la captivité des lions, éléphants, rhinocéros et léopards.

Seulement 3 500 lions à l'état sauvage

Selon ce rapport dévoilé dimanche, l'industrie de l'élevage est néfaste pour la protection des lions sauvages, car elle renvoie une image négative qui nuit à l'écotourisme, source de financement pour la préservation des animaux sauvages.

L'organisation Blood Lions, qui milite contre l'élevage des lions, a salué cette décision. D'après elle, environ 7 000 fauves seraient actuellement élevés dans plus de 200 fermes en Afrique du Sud pour la chasse en enclos, le commerce des os, le tourisme ou les recherches scientifiques. Et seulement quelque 3 500 lions vivent à l'état sauvage dans le pays, selon l'ONG Endangered Wildlife Trust.

Un business très lucratif

Les éleveurs auront leur mot à dire, a tempéré la ministre de l'Environnement. La chasse aux trophées génère environ 350 millions de dollars par an.

« L'intérêt, c'est de permettre aux gens qui s'intéressent à la chasse d'avoir une expérience authentique », a voulu rassurer la ministre, « plutôt que de tirer sur un animal sorti de sa cage ».

Le comité a également recommandé la suppression progressive de l'élevage en captivité des rhinocéros, et d'étudier les options sur la future utilisation des stocks de cornes de rhinocéros, dont le commerce fait l'objet d'un moratoire depuis 1977. La corne de cet animal est prisée en Asie pour ses prétendues vertus thérapeutiques et le braconnage décime l'espèce, alors que l'Afrique du Sud abrite 80% de la population mondiale de rhinocéros.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.