Tchad: Situation politique - La diaspora au Burkina exige une « transition civile »

Président du Conseil Militaire de transition, Général des Corps d’Armées, MAHAMAT IDRISS DEBY

Le porte-parole des manifestants, Masbé Ndegar, a appelé à la démission du Conseil militaire de la transition.

Des Tchadiens vivant au Burkina Faso ont organisé un sit-in, le vendredi 30 avril 2021, devant leur ambassade à Ouagadougou, pour demander la démission du Conseil militaire de la transition (CMT) et la mise en place d'une transition civile.

La mise en place d'un Conseil militaire de la transition (CMT) au Tchad, à la suite du décès du président, le maréchal Idriss Déby Itno, n'est pas du goût de certains Tchadiens vivant au Burkina Faso. Réunis au sein du Collectif des « Tchadiens indignés », ils l'ont fait savoir, le vendredi 30 avril 2021, devant leur ambassade à Ouagadougou, au cours d'un sit-in pour demander la démission du CMT. « L'annonce de la mort du dictateur Idriss Déby a engendré des tractations au sein du clan familial et avec la bénédiction de la France, un coup d'Etat a été perpétré », a déclaré Masbé Ndegar, qui a lu la déclaration des manifestants.

Les Tchadiens vivant au Burkina, a-t-il poursuivi, condamnent la prise de pouvoir par des voies anti-démocratiques et anticonstitutionnelles et appellent à une transition purement civile et à l'organisation dans les « brefs » délais des assises nationales inclusives. De plus, il a exigé « l'arrêt immédiat des répressions et assassinats des manifestants », estimant que la prise du pouvoir par « une clique » de militaires ne vise qu'à assurer la continuité du « système funeste du régime sanguinaire et incompétent » du Mouvement patriotique pour le salut (MPS), parti du défunt président Déby.

Le collectif a donc exhorté la communauté internationale et « particulièrement la France à cesser tout soutien à ces putschistes et à prendre les mesures nécessaires pour permettre une transition pacifique, apaisée et inclusive ». « Le Collectif de Tchadiens indignés » au Burkina a également appelé à la libération de tous les citoyens arrêtés lors des manifestations du 27 avril 2021, avant d'exiger que les commanditaires des tueries y relatives soient retrouvés et traduits devant les juridictions compétentes.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X