Afrique: Institutions supérieures de contrôle des finances publiques - Cinq pays africains reçoivent un appui

Les organismes de Guinée, Madagascar, Niger, République démocratique du Congo et Togo, bénéficiaires de ce soutien, ont signé une convention hier à Yaoundé.

Hier, mardi 16 octobre, à l'hôtel La falaise de Yaoundé, le rituel a été le même pour chacun des chefs d'institution suprême de contrôle des finances publiques de Guinée, Madagascar, Niger, République démocratique du Congo et Togo.

Les premiers présidents de la Cour des comptes de Guinée, Madagascar, du Niger, de la République démocratique du Congo et du Togo ont chacun, à tour de rôle, paraphé l'accord de coopération qui lie désormais leur structure au Conseil régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques d'Afrique francophone subsaharienne (CREFIAF) et l'Organisation internationale des Institutions supérieures de contrôle des finances publiques (IDI).

La convention signée rend exécutoire le Programme d'appui accéléré par les pairs (PAP) que le CREFIAF et l'IDI mettent en place au bénéfice de ces cinq pays afin de renforcer leurs capacités à remplir leurs missions régaliennes. Le PAP vise en effet à apporter un soutien aux Institutions supérieures de contrôle (ISC) dont l'action est rendue inefficace voire invisible à cause des situations de crise politique, institutionnelle, écono mique, environnementale ou sécuritaire que traversent leurs pays depuis plusieurs années.

Sans vouloir revenir sur les crises particulières qui ont cours dans ces pays et qui impactent sur le travail des ISC, il convient de relever que ces situations de crise ont également fermé les possibilités de soutien externe à ces institutions au cœur de la bonne gestion de tout pays.

C'est la raison pour laquelle, Mme Mbah Acha Rose Fomundam, ministre délégué à la présidence de la République chargée du Contrôle supérieur de de l'Etat, en sa qualité de présidente du CREFIAF, a souligné « lalourde responsabilité des ISC de Guinée, Madagascar, Niger, République démocratique du Congo et Togo de ne pas faillir dans la mise en œuvre du PAP.

Tant devant les citoyens qui sont les bénéficiaires finaux de l'action publique et devant les partenaires au développement, les bailleurs de fonds de ces pays ». Juste après la cérémonie protocolaire, les délégations des cinq pays bénéficiaires ont entamé un atelier technique d'évaluation des besoins de leurs institutions respectives qui va s'achever le 19 octobre prochain.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.