Congo-Kinshasa: Confusion totale autour du RAM - Des cris d'alarme lancés vers Sama Lukonde !

A la demande de plusieurs organisations socio-professionnelles dont la Nouvelle Société civile congolaise de Jonas Tshiombela ainsi que la jeunesse congolaise que dirige Me Alain Bacoke, les congolais ont convenu de marcher aujourd'hui à Kinshasa, pour revendiquer la fin des opérations orchestrées, depuis un certain temps, par le Ministère des PTNTIC, sous la férule de M. Augustin Kibassa Maliba, autour du Registre d'Appareils Mobiles, RAM en sigle.

Lieu de rencontre : Rond-Point des Huileries, dans la commune référentielle de Lingwala. Point culminant de cette marche de protestation : l'Immeuble du Gouvernement situé au niveau de la Place Le Royal, dans la commune de la Gombe où est domicilié le Ministère des PTNTIC. Puis, ils pourraient descendre à la Primature pour alerter directement le Premier Ministre, Sama Lukonde Kyenge.

Et, pourtant, dans une note officielle, le Président de l'ARPTC, M. Christian Katende, rejette catégoriquement toutes les allégations selon lesquelles certaines perturbations survenues au niveau de la recharge d'unités et de l'activation des forfaits seraient immédiatement liées au RAM.

Selon lui, en effet, il s'agirait de quelques dysfonctionnements techniques qu'un des opérateurs des Télécommunications aurait connus et qu'il s'attèle, d'ailleurs, à maîtriser au plus vite.

Dans cette même note, il rappelle, en outre, qu'à son avis, le RAM aurait été créé pour le bien exclusif de tous les congolais. Il insiste sur le fait qu'à ce jour, aucun appareil mobile n'a été bloqué, aucun transfert des monnaies électroniques n'a été interrompu et que l'Internet mobile pleinement activé reste totalement disponible.

Des arguments, du reste, battus en brèche, au regard de la note reprise, ci-dessous et indiquant qu'une taxe consécutive à la mise en œuvre du RAM aurait instituée pour être récupérée à la recharge.

Dans cette confusion, les manifestants en appellent à l'intervention de Sama Lukonde Kyenge, le tout nouveau Premier Ministre, pour tirer au clair, une fois pour toutes, cette affaire qui risque de traîner encore le pays vers un nouveau bain de sang inutile.

S'il faut se référer à la manifestation de ce matin, si jamais les organisateurs allaient jusqu'au bout de leur logique, il va de soi qu'en plus des appels lancés, que des actes de sabotage soient envisagés à l'endroit de certains opérateurs des Télécommunications.

Heureusement que la Police nationale congolaise, quoique n'étant pas formellement disposée à laisser passer n'importe quoi, est là, pour tempérer les ardeurs.

Mais, comme Kinshasa n'est pas la RD. Congo, il n'est pas exclu que ces mêmes genres des revendications soient observées à travers les autres provinces du pays. D'où, les mêmes cris sont également orientés vers Félix Antoine Tshisekedi qui, en tant que Chef de l'Etat et garant du bon fonctionnement des Institutions, devrait, dans cette affaire, y mettre de la loupe afin que le peuple d'abord, celui-là pour lequel il sera battu, plus de trois décennies durant dans l'Opposition, ne victime expiatoire de tous les sacrifices âprement consentis.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X