Ile Maurice: Reeaz Chuttoo - Gare au «work from anywhere»

L'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes n'a pas entamé l'élan de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP). C'est en ligne et sur les réseaux sociaux que le syndicat a marqué la fête du Travail.

Reeaz Chuttoo, président de la CTSP a profité de l'occasion pour mettre en garde les travailleurs contre plusieurs aspects de la nouvelle normalisation. «La tendance, ce n'est plus de penser qu'au work from home mais au work from anywhere. On parle aussi de la robotisation. Tout cela avait déjà été décidé avant le Covid-19.» Le syndicaliste estime que la pandémie est venue comme une «bénédiction pour les forces capitalistes», pour accélérer leur agenda.

Le président de syndicat note que les décideurs politiques locaux suivent la tendance mondiale. Il s'est aussi demandé comment est-ce qu'au nom de la distanciation sociale, des travailleurs pourraient exiger qu'il n'y ait que sept passagers dans un van de 15 places, «alors que les autorités ont décidé qu'il y aurait 60 passagers dans les bus de 60 places». Avant d'affirmer que «le plus grand ennemi des travailleurs, c'est le travailleur lui-même». Ceux qui par exemple acceptent sans broncher les nouvelles conditions, «en oubliant qu'avec le work from home, le travailleur devient son propre supervisor».

Pour sa part, Jane Ragoo, secrétaire générale de la CTSP, a eu une pensée pour le person- nel des hôpitaux. Notant que parmi ceux qui côtoient les dialysés, «il n'y en a pas beaucoup qui tombent malades. Même s'ils frôlent la mort tous les jours, ils savent prendre des précautions». Ce qui l'a poussée à dire : «Quand je regarde les réseaux sociaux, qui sont responsable de votre vie, pas le chauffeur de bus, ni le receveur, ni le gouvernement, ni l'opposition, mais vous-même.» Dans la même veine, elle a affirmé «si nou gagn tigit kas, c'est de notre faute, c'est parce que nous ne sommes pas organisés».

D'où son appel pour que les jeunes - parmi les plus vulnérables face aux menaces de licenciement - soient syndiqués.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X