Afrique: Le scout Amadou Mahtar Mbow pour inspirer les jeunes dans leur quête de citoyenneté

3 Mai 2021

Les jeunes sénégalais et africains sont priés de se référer au parcours de scoute du Pr Amadou Mahtar Mbow pour s'inculquer les valeurs cardinales dont ils ont besoin pour contribuer au développement social et économique du pays et du continent. L'invite leur a été faite lors du wébinaire que le comité de célébration du Centenaire de l'ancien directeur de l'UNESCO a organisé le samedi 1er mai sur le thème : « Philosophie et action du scoutisme laïc dans la vie et l'œuvre de M. Amadou Mahtar Mbow ».

Souvent omis dans le parcours d'Amadou Mahtar Mbow, le scoutisme laïc est une activité qui a joué un rôle essentiel dans la vie de l'ancien Directeur général de l'UNESCO.

Une présence active dans cette pratique qui lui a inculqué des valeurs cardinales pouvant inspirer les jeunes sénégalais et africains dans leur quête de repères et leur militantisme citoyen.

Il a été rappelé que c'est un mouvement à caractère pédagogique qui vise pleinement la réalisation des capacités des personnes. Il est constitué de trois principes de base ou lois et croyances fondamentales à savoir : le devoir envers Dieu, le devoir envers autrui et le devoir envers soi-même.

Lors du panel virtuel de ce samedi, d'anciens scouts ont enfilé leur foulard pour offrir les enseignements de Amadou Mahtar Mbow, alors éclaireurs, à la jeunesse pour leur permettre de mieux s'imprégner des valeurs citoyennes.

Un débat qui a sonné comme une esquisse d'hypothèse pour essayer de comprendre en quoi le scoutisme a marqué l'itinéraire et l'action du patriarche Amadou Mahtar Mbow.

L'ancien ministre et Dr en médecine, Mme Marie Louise Corréa, a d'emblée convoqué Amadou Mahtar Mbow qui disait à ce sujet : « J'ai fait du scoutisme et cela m'a beaucoup marqué ».

Cette dame qui a occupé les plus hautes stations du scoutisme sénégalais, africain et mondial rappelle que le scoutisme est un mouvement éducatif pour les jeunes et qu'il est fondé sur le volontariat.

Un mouvement à caractère non politique ouvert à tous sans distinction d'origine, de race, de croyance conformément au but, principes et méthodes tels qu'ils ont été conçus mis en place par son fondateur Mark Baden Powell, un ancien militaire britannique en 1907.

Ce mouvement qui a fêté ses 100 ans en 2007 s'est donné comme mission de continuer à l'éducation des jeunes afin de participer à la construction d'un monde meilleur peuplé de personnes épanouies et équilibrées, prêt à jouer un rôle constructif dans la société.

C'est dans cette logique qu'Amadou Mahtar Mbow, à travers un film réalisé lors d'une rencontre avec les responsables scoutes dans lequel il explique l'essence du scoutisme.

Selon lui, le scoutisme sénégalais qui est né à l'école Maurice De la Foss avant de s'étendre à William Ponty a permis de réunir des gens de même classe d'âge de vivre ensemble malgré leur diversité, sans distinction de race, de religion et d'origine dans le cadre d'associations informelles. « Il permettait aux jeunes de vivre dans la fraternité ».

Pour le Pr Mbow, « le scoutisme a été une chose extraordinaire pour notre génération. Il est devenu un phénomène particulier et il a été formateur pour nous ».

A travers ce support, l'ancien chef du clan Mademba Abdel Kader de lancer : « Je déplore tous les travers de la jeunesse actuelle qui aime l'argent, le plaisir, la jouissance… »

Pour Marie Louise Corréa, les codes de la loi scoute illustrent parfaitement la vie d'Amadou Mahtar Mbow. « Nous l'avons vécu avec lui quand les occidentaux lui ont mené la vie dure à l'UNESCO. Dans un calme olympien, il a su gérer ces moments forts sans se fâcher ».

Dans la même veine, le Pr Abdoulaye Elimane Kane, ancien membre du commissariat national du comité directeur des éclaireurs du Sénégal, loua la réputation et la force de conviction du propos du Pr Amadou Mahtar Mbow ainsi que sa grande familiarité avec l'esprit et le mode de conduite qui, selon lui, a beaucoup influencé la bonne partie de la jeunesse à l'époque.

Pour lui, il n'est pas déraisonnable de penser qu'en plus de sa sensibilité d'enseignant, les expériences cumulées dans le scoutisme et la co-fondation d'associations d'étudiants en France, était pour beaucoup dans les gestes salutaires d'Amadou Mahtar Mbow.

M. Kane de se rappeler du souvenir des Assises nationales aux terme duquel le patriarche Amadou Mahtar Mbow donna le ton de ce qui allait accoucher de l'un des documents les plus significatifs de l'histoire du Sénégal. Il fait allusion aux conclusions des assises nationales qui sont toujours d'actualité dans le débat politique du pays.

Sa participation à ces concertations historiques reflète une valeur cardinale qu'est le souci du bien commun. Ce qui, d'après lui, est l'une des valeurs éminentes de la République, du civisme et de l'humanisme. Et colle avec l'un des piliers du scoutisme : « prêt à servir ».

Le Pr titulaire des universités à la retraite et ancien ministre de la culture pense que la déclaration du Pr Amadou Mahtar Mbow sur le scoutisme s'accorde parfaitement avec une profession de foi du mouvement mondial d'éducation qu'est le scoutisme.

Une profession de foi ainsi libellé : « éclaireur un jour, éclaireur toujours. Si vous l'avez été, vous le serez toujours parce que vous serez marqués ».

Pour comprendre ce qui a marqué le Pr Mbow, M. Kane a évoqué un grand nombre d'activités et d'événements ayant une valeur de sortie d'étapes dont son passage à Can, en France, où il a subi le volet le plus complet de la formation scoute.

A son avis les activités de Can constituent une école originale de formation et école de la vie. D'après, un scout ou éclaireur est nécessairement marqué par : savoir dresser une tente et dormir à la belle étoile, chanter à tue-tête et en toute circonstance.

Il doit savoir aussi animer un feu en plein air, et faire sa cuisine pour ses propres repas, aller à pied sac au dos à la découverte de villages pour en rapporter un récit écrit circonstancié sur les hommes, l'habitat, l'environnement et les aspects s'aillant de la vie sociale.

D'après lui, dans sa méthode d'éducation, le scoutisme accordait une grande place à la laïcité pour cultiver chez les jeunes la recherche d'harmonie avec l'environnement et une forme de d'humilité dans son comportement.

Des convictions renforcées par les témoignages de Nassardine Aïdara, ancien Commissaire général des éclaireurs du Sénégal et actuel président du mutuelle d'épargne et de crédit des éclaireurs et éclaireuses du Sénégal.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X