Afrique de l'Ouest: Le Niger menacé par un troisième foyer djihadiste

Les réfugiés du Mali vivent dans des abris de fortune près du village de Chinagodrar, région de Tillabery, Niger.

Les groupes djihadistes pourraient exploiter le banditisme violent venu du Nigeria et les tensions communautaires qui sévissent dans le sud-ouest du Niger pour asseoir leur influence.

L'ONG International Crisis Group (ICG) s'inquiète de ce que, depuis quelques années, la région de Maradi, qui fait frontière avec l'Etat de Zamfara au Nigeria, subit des incursions régulières des gangs armés, qui volent du bétail et enlèvent des personnes contre paiement de rançons.

Maradi (située dans le sud du Niger), sanctuaire des bandits armés qui pourraient plus tard devenir terroristes. Pour Nouhou Jangorzo, enseignant chercheur et spécialiste des questions de sécurité de la bande sud du Niger, ce n'est pas une simple hypothèse, mais une situation bien réelle.

"Depuis fort longtemps, on sait qu'il y'a une sorte de connexion qui se fait entre Boko Haram qui sévit dans l'extrême est du Niger, au nord-est du Nigeria avec les bandits armés qui sont dans la bande Sud de la région de Maradi", explique-t-il. "Ce sont deux communautés complètement différentes, mais elles sont unies par la criminalité. Elles ont commencé à avoir la connexion entre eux, parce qu'ils sont tous des criminels qui cherchent en fait à utiliser comme prétexte la religion ou bien l'appartenance ethnique, pour atteindre des objectifs financiers mais aussi des objectifs politiques, parce qu'ils sont entrain de chasser la population autochtone pour s'installer, eux", ajoute Nouhou Jangorzo.

Situation incontrôlable

Selon Issoufou Landan, vice-maitre de la commune de Tibiri-Gobir, plusieurs villages de sa commune sont victimes de ce banditisme. Il pense que la situation est devenue incontrôlable pour les gouvernements nigérien et nigérian.

"On pensait que la solution allait être trouvée très rapidement, mais voilà que ces populations-là, même celles qui ont accueilli les réfugiés, sont incapables d'exploiter leurs champs. Cette situation a amené une pauvreté généralisée. Effectivement, la région risque d'être infectée par d'autres forces comme on peut le penser, les terroristes ou bien les djihadistes. Parce que on ne peut rien faire si oMaradiNiger terrorn n'a pas le pouvoir d'exploiter la terre. Les animaux qu'on élève ont été enlevés, qu'est-ce qu'on peut faire ?">>> A lire aussi : Boko Haram : dix ans après la radicalisation

Coup dur

Pour le spécialiste Nouhou Jangorzo, l'installation d'un troisième foyer terroriste au Niger sera un coup dur pour toute la région.

"Vu la démographie de la région de Maradi, vu la densité de la population dans la région de Maradi, vu la connexion avec le Nigeria et vu le paysage écologique - on est dans une zone un peu forestière - si le terrorisme s'installe dans cette bande, ça va être extrêmement grave pour le Niger, ça va être très préjudiciable à la sécurité nationale et ça va être préjudiciable à la cohésion sociale dans notre région."

La région de Maradi accueille près de 100.000 personnes déplacées, dont 77.000 réfugiés nigérians, qui ont fui les attaques incessantes dans les Etats de Katsina, Sokoto et Zamfara, tous situés dans le nord-ouest du Nigeria.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X