Afrique: Appui au projet Amp Mangrove du Sénégal - 4 barques motorisées et plus de 3,275 milliards d'aide de l'AFD

Avec l'appui de l'Agence Française de Développement (AFD), dans le cadre du projet AMP Mangrove, le ministère de l'Environnement et du Développement Durable (MEDD) à réceptionné, le vendredi 30 avril 2021 à Hann Marinas, quatre (4) barques motorisées d'une valeur de 66 millions de francs CFA. Cet appui est accompagné d'un financement supplémentaire de l'AFD de 5 millions d'euros (environ 3 milliards 275 millions de francs CFA) au projet en cours afin d'intervenir sur trois nouvelles Aires marines protégées (AMP).

Le ministère de l'Environnement et du Développement durable à réceptionné, le vendredi 30 avril 2021, quatre (4) barques motorisées dans le cadre du projet AMP (Aires Marines Protégées) Mangrove. C'est le fruit d'un appui d'un coût de 66 millions de francs CFA de l'Agence Française de Développement (AFD). Ces barques sont destinées à renforcer le dispositif de surveillance des Aires Marines Communautaires Protégées de Bamboung et Sangomar (région de Fatick), Niamone-Kaloumayes et Casa-Balantacounda (région de Ziguinchor). «Les quatre barques motorisés reçues aujourd'hui ainsi que leurs accessoires de navigation qui viennent d'être distribués, acquis pour un montant de 66 millions de francs CFA, permettront aux conservateurs de réaliser leur mission dans les meilleurs conditions possibles et participeront donc à la réussite du projet d'appui à la politique d'AMP du Sénégal.

Les activités de surveillance des Aires marines protégées, des activités de pêche expérimentales et celles de dénombrement des oiseaux seront ainsi renforcés grâce à ces équipements de navigation ; activités qui sont essentielles pour organiser la préservation des ressources», a expliqué Alexandre Pointier, le directeur de l'AFD à Dakar. Il a révélé que pour aller plus loin au côté de l'Etat du Sénégal dans la conservation des ressources naturelles, l'AFD a décidé d'octroyer un financement supplémentaire de 5 millions d'euros (environ 3 milliards 275 millions de francs CFA) au projet en cours afin d'intervenir sur trois nouvelles zones marines protégées, avec une volonté accrue de création d'emplois notamment en faveur des femmes. Ce projet met en particulier l'accent sur la gestion communautaire, par la promotion et l'accompagnement d'activités génératrices de revenus, afin de réduire la pression sur les ressources naturelles.

Et le ministère de l'Environnement œuvre à la protection de quatre AMP, des zones aujourd'hui reconnues par les acteurs, notamment la société civile, «comme outil de gestion des ressources naturelles. Outil qui répond à deux motivations essentielles : la première, celle des communautés locales de résoudre un conflit dans l'usage des ressources naturelles et celle des autorités nationales d'atteindre leurs engagements internationaux en matière de conservation des aires marines et des zones côtières», a conclu M. Pointier.

150 000 HECTARES DE MANGROVE ENTRE LE DELTA DU SALOUM ET LA CASAMANCE ; PRES DE 45% DE SURFACE PERDUE EN MOINS DE 30 ANS, EN CASAMANCE

Selon Abdou Karim Sall, le ministre de l'Environnement et du Développement Durable, le Delta du Saloum et la Casamance concentrent près de 150 000 hectares de mangrove qui subissent de fortes pressions. Cette mangrove a perdu près de 45% de sa surface en moins de 30 ans, en Casamance. «À travers le monde, plus de 35% des Mangroves ont disparues depuis une vingtaine d'années. La forte pression tropique sur les ressources naturelles, les effets du changement climatique et la surexploitation des espèces halieutique sont autant de facteurs qui menacent l'équilibre de ces milieux fragile. Le pays s'est doté d'une Stratégie nationale sur les AMP dont la vision est d'avoir un réseau cohérent d'AMP au Sénégal, écologiquement re

présentatif, efficacement cogéré, assurant la conservation de la biodiversité marine et côtière, la gestion durable des pêcheries, la valorisation du patrimoine culturel et un partage équitable des retombés socio-économiques au profit des communautés.» M. Sall de préciser que ce projet qui a pour zone d'action quatre AMP, «ambitionne, entre autres objectifs, de relever le niveau d'efficacité de gestion entre ces sites. Le Sénégal, à travers la Politique d'appui de la Coopération française d'AMP du Sénégal à travers la conservation et la mise en valeur durable des mangroves de la Casamance et du Sine-Saloum, veut davantage mettre en cohérence les activités de restauration de la mangrove et la consolidation du réseau des AMP», a affirmé le ministre.

A La Une: Afrique

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.