Congo-Kinshasa: Assurance - La première grande réflexion initiée six ans après la libéralisation

En mars 2015, l'État RD-congolais a décidé de mettre fin au monopole exercé durant plus de 50 ans par la Société nationale de l'assurance (Sonas). Du 21 au 22 mai 2021, soit six ans après, il va se tenir la première édition du Salon des assurances en RDC au Pullman Kinshasa. Le programme fait état de la présence d'intervenants variés, notamment l'Autorité de régulation et de contrôle des assurances (Arca), les compagnies d'assurance et les courtiers en assurance.

Il y a six ans, la RDC décidait d'ouvrir une nouvelle ère dans le secteur des assurances dominé, durant cinquante-cinq ans, par un seul opérateur public, la Sonas. A l'époque, le gouvernement de la République comptait principalement sur un effet déclencheur de la réforme pour arriver à booster un secteur non rentable pour le pays. Pour preuve, au moment de la grande réforme, environ 80 % du chiffre d'affaires de l'opérateur public provenaient d'un seul produit du reste obligatoire : l'assurance automobile. Moins de 1 % de la population RD-congolaise était assurée.

Pour accompagner cette vaste réforme salvatrice, l'Arca a initié une vingtaine de décrets, arrêtés et règlements constituant des éléments d'accompagnement. Aujourd'hui, l'heure est à une évaluation des nouveaux enjeux et défis autour de l'Arca. L'idée est certainement d'arriver à déterminer des options futures. En effet, le premier Salon de l'assurance se veut d'abord un cadre de réflexion avec les entreprises du secteur privé et public. Placée sur le thème « Impact des assurances sur le financement de l'économie, l'approche idéale pour la RDC », cette réunion donnera à la mise en place des panels bicéphales assureurs et non-assureurs pour faire l'état des risques dans chaque secteur concerné. Par ailleurs, l'on apprend déjà que les prémices des résultats d'un grand sondage à la fois digital et sur le terrain vont servir à alimenter les échanges très pragmatiques. Il sera question également d'évaluer, par exemple, le niveau de compréhension et l'adoption des produits d'assurance par la population RD-congolaise.

Au niveau des panels, le programme prévoit la participation de plusieurs acteurs dont l'intervention est incontournable pour la bonne compréhension des enjeux actuels. Il y a notamment le président de l'Ordre national des médecins, Dr Berthier Nsadi, qui abordera l'épineuse question de la responsabilité civile du corps médical en RDC. Le thème est d'autant plus complexe que le produit Assurance Santé tarde à décoller malgré une campagne de sensibilisation accrue auprès des entreprises. Justement, Djo Moupondo, directeur général de Sodeico Development, va lever un coin du voile en abordant la problématique du besoin en assurance des employés. Il y aura aussi Alain Yav, directeur général de Pygma, Olivier Bueno, directeur général de Multipays Congo, Serge Mbay Kabway, promoteur de la coopérative agricole Bilanga ya betu et enfin Noel K.Tshiani, conseiller en investissement et fondateur de Agere Global. En outre, il faut citer un orateur habitué des grands événements, Al Kitenge, président de Synergie Group.

Les nombreux intervenants attendus vont aborder l'une ou l'autre matière du Code des assurances. Les discussions très animées vont permettre de faire des propositions de pistes de solutions aux différents problèmes débattus. En tant qu'une des activités essentielles au développement des pays modernes, les assurances restent une priorité dans les efforts de redynamiser l'économie.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.