Afrique du Sud: Guerre de succession au royaume Zoulou

Son Altesse Royale le Prince Misuzulu Sinqobile kaZwelithini a été nommé Roi des Zoulous.

En Afrique du Sud, ce n'est pas le trône de fer, mais celui du royaume Zoulou qui fait l'objet des convoitises. Depuis la mort du roi Goodwill Zwelithini, en mars dernier, l'une de ses veuves assurait la régence jusqu'à la nomination d'un futur monarque. Mais elle est décédée à son tour la semaine dernière, à l'âge de 65 ans, et sera inhumée jeudi, à l'aube, conformément aux traditions. Un décès qui a fragilisé un peu plus l'unité au sein du clan royal, et révélé au grand jour les tensions.

Les discussions s'intensifient au sein du palais royal de Nongoma, dans la région du KwaZulu-Natal, alors que s'approchent les funérailles de la reine régente, Shiyiwe Mantfombi Dlamini Zulu, décédée fin avril. Si la famille royale avait offert jusqu'à présent une image d'unité, et se concertait en privé pour déterminer qui montera sur le trône, elle se déchire désormais en public à coup de conférences de presse et de communiqués.

De plus, certaines parties ont décidé de faire appel aux tribunaux... La première des six femmes du roi Zwelithini demande à la cour de la reconnaître comme épouse principale, puisqu'elle est la seule à être unie au monarque par un mariage civil. Dans une autre plainte, deux de ses filles estiment que le testament laissé par leur père est un faux, et demandent sa suspension.

Si le roi des zoulous ne possède plus aujourd'hui de pouvoir exécutif, il conserve beaucoup d'influence sur le plus grand groupe ethnique d'Afrique du Sud. Goodwill Zwelithini, roi zoulou depuis 1971 et décédé en mars à l'âge de 72 ans, était le monarque le plus influent d'Afrique du Sud, une autorité morale pour 12 millions de Sud-africains. La ministre des Affaires traditionnelles, venue rendre hommage à la reine défunte, espère donc que la paix et la stabilité sauront rapidement être rétablies au sein de la famille royale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X