Madagascar: Bilan Covid-19 - Nette baisse des nouveaux cas

Les places continuent à se libérer dans les hôpitaux et dans les centres de traitement Covid-19 (CTC-19) de la région d'Analamanga, l'épicentre de l'épidémie de coronavirus.

De plus en plus de patients y sortent, guéris, et de moins en moins de porteurs du virus de Covid-19 sont admis à l'hôpital. « Le nombre de nos patients stagne autour de quatre vingt dix, actuellement. Il y a encore une semaine, nous avons affiché complets, avec plus de cent patients par jour. », indique une source auprès du centre hospitalier universitaire (CHU) à Anosiala.

Le bilan épidémiologique du 2 mai montre une nette baisse des cas de Covid-19, surtout à Analamanga. Cent vingt-et-un nouveaux cas sont recensés à Analamanga, à Atsinanana, à Matsiatra Ambony, à Atsimo Andrefana, à Menabe, à Bongolava, à Analanjirofo, à Anosy, à Ihrombe et à Sofia. Analamanga reste le foyer principal de l'épidémie, mais ses nouveaux cas ont chuté à soixante huit, contre plusieurs centaines par jour, au mois d'avril. Il ne reste que trois mille neuf cent vingt-deux patients en traitement, contre six mille, il y a quelques semaines.

Lits inoccupés

Les professionnels de santé ont plusieurs explications. « Il se peut que la plupart des habitants d'Antananarivo aient été déjà infectés par le coronavirus. C'est ce qui pourrait expliquer le fait que des lits restent inoccupés à l'hôpital ». « Le pic a été, peut-être, déjà atteint ». « Les nouveaux cas baissent, car le nombre de tests effectués diminue. Si vous faites le calcul, le taux de positivité reste élevé. Il a été de 20%, le 2 mai ». Avec la circulation du variant sud-africain, les professionnels de santé préfèrent rester sur leur garde. Ils appréhendent, même, une nouvelle vague de l'épidémie. « Est ce la fin de l'épidémie ou une autre vague d'épidémie réapparaitra ? Nous ne sommes pas en mesure de répondre à ces questions. », indique un médecin. Dans tous les cas, la vigilance est requise. Le virus de Covid-19, surtout, le variant sud-africain évolue rapidement, et il peut être mortel. Le 2 mai, onze personnes sont décédées. Ce qui porte à six cent soixante dix-sept le cumul des personnes décédées, depuis mars 2020. Dans les hôpitaux, trois cent vingt neuf personnes développent les formes graves de la maladie.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.