Togo: Ruse de Sioux

La vente d'essence de contrebande, communément appelée 'Boudê' est interdite. Sur la papier.

Des réseaux bien organisés continuent de vendre le carburant au bord des routes en faisant attention de ne pas se faire prendre par la police.

Pour flouer la vigilance des forces de l'ordre un seul petit bidon, une bouteille vide ou une brique signalent la présence d'une point de vente. Les automobilistes ont bien compris ce discret signal.

'Je suis sans emploi et c'est le seul job qui m'aide à nourrir ma famille donc je ne peux m'empêcher de le faire', explique un vendeur sur la bretelle de Bè (Lomé).

Le pire est que l'essence frelatée est souvent vendue plus chère que celle en station-services. 450 F contre 425 au tarif officiel.

Selon l'office togolais des recettes (OTR), le Togo perd annuellement plus de 20 milliards de Fcfa de recettes en raison du trafic.

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X