Cote d'Ivoire: 5ème édition de Wara Tour - La Première Dame engage les artistes à s'approprier la lutte contre le travail des enfants

"Non au travail des enfants dans la cacaoculture ». C'est le thème de la 5ème édition de la caravane Wara Tour, initiée par le chanteur Aboubakar Doumbia, plus connu sous le nom d'Abou Nidal de Genève.

Le lancement de cet événement, placé sous le parrainage de la Première Dame de Côte d'Ivoire, Mme Dominique Ouattara, a eu lieu, hier à la salle des fêtes du Sofitel hôtel Ivoire, en présence d'un parterre de personnalités dont les ministres Harlette Badou N'Guessan Kouamé (Culture, Industrie des Arts et du Spectacle), Adama Kamara (Emploi et Protection sociale), Nassénéba Touré (Femme, Famille et Enfant) et Mariatou Koné ( Education nationale et Alphabétisation), ainsi que des ambassadeurs et membres des missions diplomatiques accréditées en Côte d'Ivoire, des représentants des agences du Système des Nations unies, les épouses des présidents d'institution, de ministres et, bien entendu, une pléthore d'artistes de toutes disciplines confondues.

Cette cérémonie, présidée par la First Lady, a été couplée d'un séminaire de formation des artistes, tous arts confondus, sur la lutte travail des enfants, piloté par le Comité national de surveillance et de lutte contre le travail des enfants (CNS). D'entrée, la marraine de ce Wara Tour 2021 s'est réjouie du choix du thème qui entre, selon elle, en résonnance avec son engagement personnel contre le travail des enfants.

« Avec le Comité national de surveillance et de lutte contre le travail des enfants, créé en 2011, nous luttons de toutes nos forces contre ce fléau qui constitue l'exploitation des enfants. Nous nous investissons dans cette lutte avec le soutien de nos partenaires, pour que nos enfants, ceux-là même qui constituent notre avenir vivent une enfance heureuse et exempte de toute forme d'exploitation », a poursuivi Mme Dominique Ouattara, qui préside le CNS.

Cet engagement collectif, à l'en croire, a permis d'obtenir des résultats significatifs aussi bien sur le plan national qu'international. Toutefois, elle a reconnu que le mal est profond car, il dépend d'autres paramètres extérieurs tels que l'immigration clandestine, la lutte contre la pauvreté et le revenu des planteurs. « Le travail des enfants en général est un problème qui nous concerne tous et contre lequel nous pouvons agir, chacun à son niveau », a noté Mme Dominique Ouattara.

C'est pourquoi, elle a félicité Abou Nidal et tous les artistes qui l'accompagnent dans cette « initiative citoyenne». Non sans relever que le séminaire de formation vise à les aider à atteindre leur objectif de sensibiliser les populations à la lutte contre le travail des enfants.

« La formation, qui vous sera dispensée aujourd'hui (ndlr, hier), vous permettra de mieux cerner la problématique du travail des enfants, ainsi que les efforts déployés par la Côte d'Ivoire et ses partenaires pour y remédier. Vous avez le don de nous faire rêver, de nous transporter et de nous faire ressentir les émotions les plus vives. Vous avez également le pouvoir de nous éduquer et éveiller nos consciences à travers votre art. N'hésitez donc pas à vous approprier cette lutte à travers vos œuvres artistiques respectives, afin de préserver nos enfants contre ces pratiques qui nuisent à leur plein épanouissement », a dit l'épouse du chef de l'Etat à l'endroit des artistes.

Non sans encourager toutes les initiatives qui visent à soutenir et à aider les plus démunis. Peu avant, la ministre de la Culture, de l'Industrie des Arts et du Spectacle, Mme Harlette Badou N'Guessan Kouamé avait salué l'initiative des artistes qui ont vite fait de percevoir que l'art et la culture nous rassemble autour de valeurs fondamentales indispensables à la paix, à la cohésion sociale et à la préservation des droits des enfants.

« Disposer les artistes à participer à une campagne de sensibilisation pour dire non au travail des enfants dans la cacaoculture est certes un devoir citoyen mais surtout une adhésion spontanée au combat que vous menez, Excellence Mme la Première Dame, pour que l'avenir et la dignité de nos enfants ne soient entachés par la moindre distorsion humaine », a-t-elle ajouté, tout en assurant la Première Dame de la disponibilité de son département et des artistes pour l'accompagner dans ce combat.

Secrétaire général du CNS, Mme Sylvie Yao Patricia, a rappelé les efforts du président de la République pour lutter contre le travail des enfants, avec notamment la création du CNS et d'un Comité interministériel, composé de treize ministères et dirigé par le ministre en charge de l'Emploi et de la Protection sociale. « La lutte est coordonnée par ces deux comités. Ils travaillent sur quatre axes : la prévention, la protection, la poursuite et la répression, le suivi et l'évaluation », a-t-elle précisé.

Quant à Abou Nidal de Genève, il a révélé que le Wara Tour 2021 sillonnera une vingtaine de villes cacaoyères pour expliquer aux populations que la place des enfants est à l'école. Parrain artistique de ce projet, Toumany Diabaté, maître de la Kora, et son fils Sidiki Diabaté ont gratifié l'assistance d'une ballade rythmique au cœur des mélodies envoutantes de la Kora, agrémentée de chants savoureux de la diva Aïcha Koné.

Notons que la Première Dame a apporté une contribution de 10 millions de FCFA à l'équipe du Wara Tour pour soutenir les déplacements à l'intérieur du pays. Elle a aussi offert la somme de 15 millions de FCFA à tous les artistes La Première Dame, Mme Dominique Ouattara, a exhorté les artistes à venus participer au séminaire

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X