Ile Maurice: Parlement - Un budget supplémentaire de Rs 17 milliards passé à la loupe

Les travaux parlementaires d'aujourd'hui pourraient être monotones, à moins que les élus de l'opposition ne soient pertinents dans leurs arguments ou ne recherchent des explications pour chaque roupie dépensée lors de l'analyse du budget supplémentaire de Rs 17 milliards, présenté par le ministre des Finances, Renganaden Padyachy. C'est d'ailleurs ce Supplementary Appropriation (2020-2021) Bill qui ne permet pas au leader de l'opposition de poser de Private Notice Question et à ses membres d'interroger le Premier ministre et d'autres ministres.

Le choix du gouvernement d'inscrire ce budget supplémentaire à l'agenda un mardi ne plaît pas à l'opposition car c'est le seul jour que le standing order leur permet de poser des questions. «On aurait pu reprendre les débats et l'analyse de ce budget supplémentaire un autre jour qu'un mardi. C'est un signe que le gouvernement ne veut pas que nous fassions notre travail d'opposition alors que depuis le début de l'année, nous n'avons eu que quatre séances avec des questions», déclare Aadil Ameer Meea, élu du MMM, alors que le whip de l'opposition, Patrice Armance, parle de triste période pour la démocratie. «Nous sommes dans un moment noir de notre histoire parlementaire. Pour la deuxième semaine de suite, aucune question ne pourra être posée au Parlement. Une tactique dictatoriale et pourrie», fulmine-t-il.

N'empêche que lors de l'analyse de ce budget, les élus pourront poser des questions aux ministres concernés par les dépenses supplémentaires - l'argent utilisé pour les élections villageoises notamment ; le Housing and Land Use Planning du ministère du Logement qui a bénéficié d'une enveloppe de Rs 400 millions comme budget d'investissement ; les Rs 375 millions réservées à la Sécurité sociale. De plus, la Santé et l'Éducation ont perçu respectivement Rs 190 millions et Rs 150 millions pour les dépenses courantes.

Après le vote sur ce budget supplémentaire, le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, présentera le Mental Health Care (Amendment) Bill en deuxième lecture et les élus pourront débattre sur les amendements proposés à la loi. À hier après-midi, la liste des intervenants n'était pas prête. Il est prévu que ce projet de loi soit voté en début de soirée. D'après la note d'explication accompagnant le document, l'objectif de ce projet de loi est d'amender la Mental Health Care Act sur des questions concernant surtout les personnes souffrant de maladies mentales qui sont incarcérées pour un crime.

Un autre projet à l'agenda cet après-midi, le Taxi Operators Welfare Fund Bill, sera présenté en deuxième lecture par Alan Ganoo, le ministre du Transport. Ce projet de loi autorisera la création d'un fonds pour les chauffeurs de taxi et leur famille. Par exemple, ils pourront solliciter le Taxi Operators Welfare Fund pour des emprunts ou des plans financiers seront offerts aux chauffeurs de taxi licenciés et à leur famille. Il est prévu que le projet de loi soit voté aujourd'hui, mais la fin des débats pourrait aussi être renvoyée à la semaine prochaine.

A La Une: Ile Maurice

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X