Tchad: Le mouvement citoyen Wakit Tama appelle à une nouvelle manifestation ce samedi

Des étudiants dans le quartier de Bololo, à Ndjamena. Mai 2021.

Au surlendemain de l'annonce du gouvernement de transition, présenté par les nouvelles autorités comme un gouvernement d'union, la coordination des actions citoyennes s'est réunie ce mardi. C'est ce mouvement, Wakit Tama, composé d'organisations de la société civiles et de partis politiques d'opposition, qui mène la contestation populaire contre les nouvelles autorités de transition.

Ce mardi matin, le mouvement Wakit Tama appelle à une nouvelle manifestation ce samedi, dans quatre jours. Les leaders de la coordination citoyenne entendent poursuivre et même intensifier leur combat.

Pour eux, le gouvernement de transition qui a été présenté dimanche soir ne constitue en rien un gouvernement d'union. Ils expliquent que puisqu'ils rejettent le Conseil militaire de transition -ces quinze militaires dirigés par Mahamat Idriss Déby, fils du président défunt, qui ont pris la tête du pays- tout ce que ce Conseil militaire met en place est, selon eux, illégitime. Pas question donc de reconnaître le nouveau gouvernement.

Certains partis d'opposition ont pourtant choisi de l'intégrer et de jouer le jeu de la transition, des partis qui pour certains appelaient, jusque-là, à la contestation. « Ils se sont exclus d'eux-mêmes de notre coalition », estiment unanimement les leaders de Wakit Tama, qui ne cachent pas leur colère. Et qui appellent donc à de nouvelles marches pacifiques pour samedi, à Ndjamena et dans tout le pays. Et cela malgré la répression meurtrière de la marche du 27 avril qui avait fait quinze morts, selon le dernier bilan de ces organisations. Les autorités en reconnaissent six. Il y avait également eu plus de 700 arrestations.

Qu'importe, les membres de Wakit Tama veulent continuer de dénoncer, dans la rue, ce qu'ils désignent comme un « coup d'État institutionnel ». Ils exigent le retour à l'ordre constitutionnel et l'ouverture d'un véritable dialogue national.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.