Togo: Les lignes n'ont pas bougé, le flou reste persistant

« Il y a un an, un officier des FAT, commandant une troupe d'élites au Togo est assassiné dans un camp militaire sécurisé. Un an après on ne sait pas s'il est enterré et où ; et surtout ce qui s'est passé et qui l'a tué. Justice pour le col. Madjoulba et compassions à sa famille », c'est message formulé sur son compte tweeter par la Secrétaire Nationale de la CDPA et responsable de la DMK (Dynamique Monseigneur Kpodzro), Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson.

Elle réagit ainsi, un an après cet assassinat entouré de flou et intervenu, dans la nuit du 3 au 4 mai 2020, et le corps de l'officier retrouvé baignant dans le sang dans son bureau au camp.

Il nous souvient encore que le 13 novembre 2020, ce sont nos confrères de RFI qui indiquaient que les expertises balistiques réalisées par la France et le Ghana, révèlent que « le commandant du 1er bataillon d'intervention rapide (BIR) a été assassiné avec sa propre arme, un revolver de marque Beretta. Dans la foulée de ces résultats, le juge en charge de l'affaire a lancé une commission rogatoire dans le but de faire auditionner plusieurs militaires ».

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.