Centrafrique: Ce que les Centrafricains attendent de leurs députés

90 députés sur 140 sont entrés en fonction le 3 mai. Ils devraient avant tout se préoccuper du retour de la sécurité et notamment du rôle de la Russie.

Les députés de la septième législature ont amorcé leur mandat de cinq ans dans un contexte marqué par l'insécurité et les rivalités politiques. Mais ceux-ci débutent dans un contexte difficile et à un moment où les Centrafricains aspirent à un retour de la paix.

C'est le cas d'Elysée Nguimalé qui compte sur l'Assemblée nationale pour clarifier la coopération du pays avec la Russie et aussi affronter les questions sécuritaires.

"Cette septième législature a un grand défi à relever dans le domaine sécuritaire et donc nous pensons que l'Assemblée nationale doit mener à bien sa mission et voir de quelle manière on doit désormais engager la coopération entre la République Centrafricaine et d'autres pays, affirme-t-il avant d'ajouter, "La question d'actualité dans notre pays, c'est la présence russe sur notre territoire. L'Assemblée nationale doit tirer au clair la coopération entre la RCA et la Fédération de Russie. Parce que les peuples ne savent pas exactement les liens avec les éléments russes qui sont là. Est-ce que ce sont des militaires, des mercenaires... ? Il y a encore un flou", regrette Elysée Nguimalé.

Problèmes sociaux

Il n'y a pas que les préoccupations sécuritaires. Les problèmes sociaux tels que la santé, l'éducation et la protection des femmes et des enfants sont aussi prioritaires.

"Qu'ils veillent à ce que certaines lois discriminatoires à l'égard des jeunes filles soient révisées. Prenons par exemple le cas du code de la famille. Notre souhait pour cette septième législature est que soient discutées et votées des lois qui vont dans le sens de la femme et la promotion des jeunes filles", estime Fornel Poutou.

Alors que la loi sur le fond de développement des sports peine à être adoptée, Bienvenu souhaite pour sa part, que la Centrafrique puisse être connue dans le monde pour d'autres raisons que la guerre.

"Aujourd'hui, on ne peut pas faire de sport sans argent et pour avoir de l'argent, il faut un mécanisme de mobilisation et de gestion de ces fonds. Donc, on attend beaucoup de cette législature pour que les députés puissent s'intéresser à ça. Pour qu'on puisse connaitre la RCA aussi autrement à travers les sports et pas seulement à travers les armes ou la guerre", dit-il.

Pour satisfaire ces attentes et redonner espoir à la population, les élus doivent transcender les clivages et jouer leur rôle de contrôle des actions du gouvernement. Ce qui est un défi au regard de la configuration politique de cette Assemblée.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.