Algérie: La multiplication des mouvements de grève vise à faire échec aux prochaines législatives

Alger — La multiplication des mouvements de grève et de protestation observés ces derniers jours sur la scène nationale vise à provoquer la rue et à généraliser le chaos afin de faire échec aux prochaines élections législatives, a estimé la revue El Djeïch dans un article publié dans son dernier numéro.

"A l'approche de ce rendez-vous important (...), la scène nationale observe un nombre d'évènements suspects qui versent dans leur ensemble dans la tentative d'entraver ce processus démocratique national", est-il écrit dans cet article intitulé "Des grèves fomentées et suspectes: la sécurité nationale, une ligne rouge".

L'auteur de cet article relève, à ce titre, "plusieurs indicateurs" qui "prouvent que ce qui est en train de se produire s'inscrit dans le cadre des tentatives vaines et désespérées de déstabiliser la sécurité nationale, en embrasant la rue, en suscitant la colère du peuple, en poussant à davantage de congestion pour que la situation finisse par exploser, dans l'espoir d'entraver les prochaines échéances électorales".

Il a fait, dans ce contexte, deux constats: "le premier est que les opposants au changement ont puisé toutes leurs capacités et espoirs de revenir sur la scène politique", alors que dans le second, il relève "l'exploitation des problèmes professionnels des travailleurs pour cracher leur venin", dénonçant des "méthodes basses".

Pour l'auteur de cet article, "les grèves qui ont poussé comme des champignons, dernièrement, en sont la meilleure preuve".

"L'appel d'organiser des manifestations et de mener des grèves dans plusieurs secteurs à la fois, à l'approche des élections, laisse poser plusieurs questions sur le timing de ces grèves et la revendication des droits professionnels légitimes !", s'est-il interrogé, rappelant que le président de la République a déjà "affirmé la nécessité de remédier aux lacunes enregistrées dans l'ensemble des secteurs, et la nécessité de les traiter progressivement".

Néanmoins, a-t-il poursuivi, "l'entêtement de certains à tenir des grèves à un moment suspect est la meilleure preuve que ceci ne peut s'inscrire que dans une tentative à semer le trouble pour réaliser des objectifs et des intérêts qui ne vont pas dans le sens de l'amélioration de la situation professionnelle et des droits des travailleurs".

Rappelant que "la grève est un droit légitime garanti par la Constitution" et même "renforcé par l'avènement de l'Algérie nouvelle qui permet les rassemblements et la manifestation, conformément à l'article 52", l'auteur de cet article met en garde, néanmoins, contre "toute exploitation irrationnelle et autoritaire de ce droit" et qui peut conduire à "de grands dérapages qu'il est impossible d'ignorer".

Il a soutenu, à ce propos, que "lorsque la pratique de ce droit s'oppose aux intérêts suprêmes de l'Etat ou entrave les intérêts des citoyens se pose la problématique de la légitimité de la pratique de ce droit par la force de la loi".

Il a plaidé, dans ce contexte, pour que "le citoyen ne soit pas pris en otage par ces manipulateurs qui tentent de négocier en profitant de ses revendications", soulignant que "les hautes autorités de l'Etat représentées par Monsieur le président de la République ont été précurseurs dans le traitement de manière réelle et objective des problèmes et des préoccupations des citoyens".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.