Niger: Le nouveau gouvernement devrait enquêter sur les massacres

Les réfugiés du Mali vivent dans des abris de fortune près du village de Chinagodrar, région de Tillabery, Niger.
communiqué de presse

Nairobi — Le gouvernement Bazoum devrait faire de la justice une priorité

La première transition démocratique au Niger depuis l'indépendance offre à la nouvelle administration du président Mohamed Bazoum l'occasion de donner la priorité à l'obligation de rendre des comptes pour les crimes de guerre présumés commis par toutes les parties au conflit armé dans ce pays, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui dans une lettre adressée aux nouveaux ministres de la Justice et de la Défense. Les massacres perpétrés par de présumés groupes armés islamistes présumés au Niger, qui ont tué plus de 310 personnes depuis janvier 2021, soulignent la nécessité d'enquêter sur les graves abus et de demander des comptes à tous les responsables.

Le 15 mars, lors de l'attaque la plus meurtrière contre des civils dans l'histoire récente du Niger, des hommes armés ont attaqué plusieurs villages et hameaux dans la région de Tillia à Tahoua, tuant au moins 137 personnes, selon des rapports officiels. Une source médiatique a indiqué que de nombreuses victimes abreuvaient leur bétail aux puits au moment de l'attaque.

« Avec un nombre croissant de civils tués, des dizaines de personnes disparues et des attaques illégales de plus en plus nombreuses de la part des groupes armés islamistes, il est clair que les abus des uns engendrent les abus des autres », a déclaré Jonathan Pedneault, chercheur sur les crises et les conflits à Human Rights Watch. « Le gouvernement du président Bazoum devrait prendre des mesures urgentes et ambitieuses pour inverser cette tendance en poursuivant agressivement la justice pour tous les crimes de guerre, qu'ils soient commis par les combattants islamistes ou les forces de sécurité. »

Dans la lettre, Human Rights Watch a exhorté la nouvelle administration à enquêter sur 18 allégations graves d'abus commis par des groupes armés islamistes et par les forces de sécurité gouvernementales dans les régions frontalières de Tillabéri et Tahoua depuis octobre 2019. Human Rights Watch a constaté que les forces de sécurité seraient responsables d'au moins 185 des 496 exécutions signalées.

La région de Tillabéri, qui fait frontière avec le Mali et le Burkina Faso, est l'une des principales zones d'activité des groupes armés islamistes au Niger, ainsi que des opérations antiterroristes nationales, régionales et internationales. La région de Tahoua, frontalière du Mali, a également été confrontée à des attaques de combattants islamistes.

Depuis 2015, les groupes armés islamistes du Niger auraient tué des centaines de villageois, exécuté des travailleurs humanitaires et des chefs de village, attaqué des agents électoraux et ciblé des écoles. Et depuis au moins 2019, les forces de sécurité engagées dans des opérations antiterroristes auraient exécuté des dizaines de suspects peu après les avoir détenus sur des marchés, dans leurs villages ou à des points d'eau, et auraient soumis des dizaines de personnes à des disparitions forcées. Il y a eu peu d'enquêtes crédibles et peu de comptes à rendre pour ces crimes, qui ont dramatiquement empiré au cours de l'année dernière.

En 2020, Human Rights Watch a interrogé à distance 12 habitants du Tillabéri qui ont fourni des informations sur 12 incidents au cours desquels des hommes en uniforme arrivant dans des véhicules militaires ont arbitrairement arrêté, torturé et exécuté sommairement des civils et des islamistes présumés.

Onze de ces incidents étaient inclus dans un rapport publié en mai 2020 par des activistes locaux de la société civile de l'ethnie Fulani. Au total, Human Rights Watch a recueilli les noms de 178 personnes qui auraient été tuées illégalement ou disparues de force et de 7 personnes qui auraient été torturées par les forces de sécurité nigériennes entre octobre 2019 et mai 2020.

Un témoin et deux autres sources locales ont déclaré que le matin du 25 mars 2020, des hommes vêtus de treillis militaires sont arrivés dans des véhicules militaires dans un hameau où les membres du clan peul Djalgodji passent la saison sèche depuis 20 ans, à six kilomètres du village d'Adabdabe, dans la commune de Banibangou. Le témoin a déclaré que les forces de sécurité ont arrêté les 13 hommes Djalgodji qu'elles ont trouvés, âgés de 18 à 66 ans, puis les ont emmenés en dehors du hameau et les ont exécutés.

Human Rights Watch n'a connaissance que d'une seule enquête gouvernementale sur des allégations de crimes de guerre commis par les forces de sécurité. En avril 2020, le précédent ministre de la Défense a ordonné une enquête sur la disparition forcée présumée de 102 hommes dans la commune d'Inatès, dans la région de Tillabéri, en mars et avril 2020. Si les enquêteurs n'ont trouvé aucune preuve crédible de l'implication des forces de sécurité dans ces incidents, ils n'ont fourni aucune explication raisonnable aux disparitions des hommes, affirmant que des islamistes armés vêtus de treillis militaires volés pourraient en être responsables.

Cependant, une enquête ultérieure sur les mêmes allégations menée par la Commission nationale des droits humains du Niger (CNDH), de mai à juillet 2020, a permis de découvrir six fosses communes contenant 71 corps dans la commune d'Inatès, dont certains étaient des personnes portées disparues, et a conclu que les forces de sécurité étaient très probablement responsables des meurtres.

En vertu du droit international humanitaire applicable au Niger, toutes les parties au conflit armé, y compris les groupes armés islamistes, ont l'interdiction d'exécuter, de torturer ou de faire disparaître de force toute personne sous leur garde, y compris les civils et les combattants capturés. Les personnes responsables d'avoir commis des violations graves des lois de la guerre avec une intention criminelle, y compris dans le cadre de la responsabilité du commandement, peuvent être poursuivies pour crimes de guerre. Les États ont l'obligation d'enquêter et de poursuivre de manière appropriée les crimes de guerre présumés commis sur leur territoire.

La Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, à laquelle le Niger est un État partie, codifie l'interdiction des disparitions forcées et énonce les obligations des États en matière de prévention, d'enquêtes et de poursuites liées à toutes les disparitions forcées.

L'incapacité des autorités judiciaires militaires nigériennes à enquêter sérieusement sur les allégations d'abus commis par des militaires contre des civils montre qu'il est nécessaire que des enquêteurs et des tribunaux civils traitent ces affaires. Ces enquêtes criminelles devraient répondre aux normes internationales en matière de transparence, d'impartialité et d'indépendance, a déclaré Human Rights Watch. Les enquêtes devraient chercher à établir la ligne de commandement, à évaluer les responsabilités et à conduire à l'ouverture de poursuites appropriées conformément aux normes internationales en matière de procès équitable.

« Le président Bazoum, confronté à des temps troublés et à des groupes armés qui ont commis de nombreuses atrocités, a l'occasion de faire preuve d'un leadership fort en donnant la priorité à l'obligation de rendre des comptes pour les abus commis par toutes les parties », a conclu Jonathan Pedneault. « Les partenaires internationaux du Niger devraient soutenir ces efforts en maintenant la justice au cœur des préoccupations, et en appuyant les efforts nationaux visant à renforcer l'État de droit. »

A La Une: Droits de l'Homme

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X