Cote d'Ivoire: Condamné au procès de Bouaké, Patrice Ouei demande à être entendu par la justice française

Le 15 avril dernier, la cour d'assises de Paris condamnait un mercenaire biélorusse et deux officiers de l'armée de l'air ivoirienne dans l'affaire du bombardement du camp français de Bouaké en 2004. Bombardement qui avait provoqué la mort de 10 personnes et fait 38 blessés. Jusque-là introuvable, le colonel Patrice Ouei, l'un des trois condamnés, vient de refaire surface en Côte d'Ivoire. Il rejette sa condamnation et affirme ne pas avoir participé au bombardement. S'il demande à être entendu par la justice française, il refuse toutefois de se constituer prisonnier.

Le colonel Ouei fera-t-il un jour face à la justice française ? Le scénario paraît hautement improbable. Certes, l'ancien pilote qui nie toute implication dans ce bombardement se dit prêt à répondre à toute convocation, aucun juge français ne peut toutefois l'auditionner, car la cour d'assises a statué.

Le moyen pour lui de pouvoir s'expliquer serait de se constituer prisonnier ce qui aurait alors pour conséquence de rendre caduc l'arrêt de la cour d'assises et d'entraîner un nouveau procès. Une issue dont Patrice Ouei ne veut pas entendre parler.

« Il considère qu'il est innocent, il n'a pas besoin de se constituer prisonnier, estime son avocat, maître Pierre Dagbo. Ceux qui prétendent avoir lancé un mandat d'arrêt contre lui peuvent venir l'arrêter dans ce cadre peut-être, mais lui ne peut pas se constituer prisonnier. »

Et de toute façon même s'il avait décidé de le faire en Côte d'Ivoire, l'officier n'aurait certainement pas été extradé vers la France. Car aux yeux de la justice ivoirienne, Patrice Ouei ne peut pas être poursuivi pour ces faits en raison d'une loi d'amnistie adoptée en 2007. Seule solution alors : que le colonel vienne de lui-même se constituer prisonnier en France. Un scénario là-aussi rejeté par l'intéressé.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X