Congo-Kinshasa: Insécurité dans l'est de la RDC - Les racines du mal

interview

Le président Felix Tshisekedi a annoncé l'état de siège en Ituri et au Nord-Kivu. Il affirme vouloir cibler les groupes armés qui massacrent des civils.

Pierre Boisselet est le coordinateur du Kivu Security Tracker, un blog qui a pour mission de cartographier les opérations des forces de sécurité et des groupes armés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC)afin de mieux comprendre les causes de l'insécurité et les violations graves des droits humains et du droit international humanitaire.

Dans cet entretien, il revient sur les racines de l'insécurité qui sévit dans la région depuis de nombreuses années.

DW : Depuis quelques semaines la société civile et les habitants du Nord-Kivu expriment leur ras-le-bol face au contexte sécuritaire déliquescent dans leur province. Brièvement pouvez-vous nous aider à comprendre les racines de ces violences ?

Pierre Boisselet : Pour résumer, on peut dire que ça tient globalement à l'incapacité de l'Etat congolais à faire respecter l'Etat de droit dans cette partie du pays. Il y a certaines zones de cette province dans lesquelles il y a un vide sécuritaire, un vide judiciaire et des circuits économiques qui échappent au contrôle de l'Etat central. Alors, certains groupes armés profitent de ce vide. Ils s'imposent sur ces espaces et sur ces populations qu'ils taxent, qu'ils brutalisent et souvent, ils bénéficient de ces circuits économiques illégaux.

DW : Lors de sa campagne en 2018, le président Tshisekedi avait promis de s'installer dans l'Est de la RDC. Récemment, il a annoncé un renfort militaire par l'armée kényane dans cette même région où on compte aussi la présence de la Monusco. Ce ne sont pas les moyens qui manquent. Selon vous, pourquoi, malgré tout ce qui est mis en place, les conflits perdurent depuis des décennies maintenant ?

Pierre Boisselet : précisément parce qu'il est très difficile de rebâtir le contrôle de l'Etat et sa capacité à imposer un État de droit. Les groupes armés qui sont là sont installés, armés. Ils savent comment générer des revenus. Et souvent, ils ont aussi développé des complicités avec les autorités locales ou certains agents de l'Etat central. C'est donc une conséquence des défaillances structurelles de l'Etat congolais. Pour donner un exemple, une des sources du conflit, c'est le fait que les militaires congolais ne soient pas suffisamment payés et ils le sont trop irrégulièrement. Mais cette situation n'est pas propre aux militaires déployés dans l'est du Congo.

DW : A qui profite le crime, selon vous ?

Pierre Boisselet : cette situation bénéficie à une multitude d'acteurs, les groupes armés , on vient d'en parler, mais il y a aussi des filières économiques illégales qui existent à l'échelle régionale. Et il y a aussi certaines autorités locales et certains agents de l'Etat, y compris parmi les FARDC, qui bénéficient de ces circuits illégaux. Tout cela fait partie du problème. Il y a beaucoup de gens qui arrivent à tirer leur épingle du jeu dans cette situation et qui n'ont pas d'intérêt à faire changer les choses.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X