Nigeria: L'ICG fait le point sur le programme agropastoral du gouvernement

Comment mettre fin au cycle incessant de conflits entre éleveurs et agriculteurs au Nigeria ? Dans un rapport publié ce mardi 4 mai, l'International Crisis Group (ICG) s'intéresse aux réponses apportées par les autorités fédérales. Depuis deux ans, les autorités fédérales ont mis en place un programme national de gestion du bétail, proposant des solutions aux agriculteurs et aux éleveurs.

Ce programme a été lancé suite à de violents affrontements qui avaient fait fuir, en 2018, plus de 300 000 personnes et fait près de 1 300 morts. Ce plan, censé mieux répartir les espaces de pâturage et atténuer ce conflit agropastoral, est conçu sur 10 ans, afin de mieux canaliser les routes de transhumance.

Point névralgique de cette réforme : convaincre les éleveurs, habitués à transhumer, à exercer leur activité dans des ranches, et donc à adopter des pratiques sédentaires. Or jusque-là, faute de communication, éleveurs et agriculteurs, sont réticents.

« Les éleveurs ont peur de manquer de ressources en intégrant les ranches, explique Nnamdi Obasi, un des auteurs de ce rapport. Et les agriculteurs sont inquiets à l'idée que des terres soient attribuées pour former des ranches : ils craignent que cela ne réduisent les espaces cultivés. Il faut que ces craintes, exprimées par les éleveurs et les agriculteurs, soient levées : les autorités doivent communiquer mieux pour rassurer les éleveurs et leur dire qu'ils auront toujours accès aux ressources ; et elles doivent aussi convaincre les paysans que ce plan est aussi bénéfique pour eux à moyen terme. »

Selon ICG, ce plan démarre avec plusieurs handicaps : manque d'expertise pour mettre en place les ranches, problèmes de financements... notamment liés à la crise sanitaire du coronarivus. Pour l'ICG, si l'ensemble de ces blocages persistent d'ici l'année prochaine, les débats purement politiques risquent d'éclipser la portée de ce programme agropastoral.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X