Congo-Kinshasa: L'Etat de siège en marche - Tshisekedi nomme Luboya Nkashama et Alonga Boni au Nord-Ktivu, Constan Ndima et Ekuka Lipopo en Ituri !

Félix Tshisekedi est passé hier, dans la soirée, aux actes. Pour matérialiser l'état de siège au Nord-Kivu et en Ituri dont l'entrée en vigueur commence, dès ce jeudi 6 mai 2021, il a nommé deux Gouverneurs militaires et deux Vice-Gouverneurs policiers.

Au terme d'une Ordonnance présidentielle publiée ce mardi 4 mai à Kinshasa, le Lieutenant-Général Johnny Luboya Nkashama et le Commissaire Divisionnaire Alonga Boni ont été nommés respectivement, Gouverneur Militaire et Vice-Gouverneur policier au Nord-Kivu. Et, dans le même ordre d'idées, le Lieutenant-Général Constant Ndima et le Commissaire Divisionnaire Ekuka Lipopo ont été, à leur tour, nommés Gouverneur Militaire et Ekuka Lipopo, Vice-Gouverneur policier en Ituri.

Déjà, une autre ordonnance précisait, depuis lundi dernier, les termes de cet état de siège décrété au Nord-Kivu et en Ituri pour une durée de trente jours assortie d'une possibilité de prolongement de quinze jours, en cas de nécessité.

D'ailleurs, dans une allocution télévisée, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo réaffirmait sa détermination à aller jusqu'au bout de son combat contre les effets pernicieux du déferlement des groupes armés contre les populations civiles.

Il en appelait, pour ce faire, à l'implication de tous les congolais, quelles que soient leurs tendances et accointances politiques, de toutes les couches sociales, y compris les professionnels des médias, pour accompagner les actions des FARDC et de la Police Nationale dans cette offensive sans merci contre ces groupes dont les actes cruels font de nombreuses victimes, depuis plus d'une dizaine d'années aussi bien en Ituri que dans les Provinces du Nord et Sud-Kivu.

Peu de jours auparavant, alors qu'il était dernièrement en visite officielle à Paris, il avait déjà annoncé en marge d'une conférence de presse conjointe avec son Homologue Emmanuel Macron, qu'au-delà des efforts internes des FARDC, il misait également sur l'appui de la France.

Et, même tout récemment, la visite de Président Uhuru Kenyatta à Kinshasa s'était soldée, de manière officielle, par une déclaration conjointe au terme de laquelle les forces armées du Kenya viendraient à la rescousse des Fardc, si jamais le besoin se faisait sentir.

Bien d'autres contacts pris notamment, avec les Etats-Unis, l'Egypte, la Belgique, pour ne citer que ceux-là, s'inscrivaient dans cette même perspective.

Donc, le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, loin s'en faut, a utilement mesuré l'ampleur de cette mesure et pris en amont des dispositions qui s'imposent.

Aujourd'hui, il n'en est qu'à l'étape de l'effectivité de l'exécution de ses intentions visant à en découdre avec cette situation d'insécurité généralisée devenue, curieusement, comme un fonds de commerce au bénéfice des criminels ainsi que tant d'autres marchands d'illusions, pour justifier leur promenade de santé dans l'Est du pays.

Mais, cette fois-ci, espère-t-on qu'au regard de cette volonté manifeste affichée par le Commandant Suprême, les FARDC seront à même de laver l'affront pour démanteler et éradiquer ces groupes armés.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X