Congo-Brazzaville: Enseignement supérieur - L'Académie des sciences des ARTs du Congo reçoit son agrément

C'est suite à ses différentes réalisations et créations scientifiques que cette académie, au départ des beaux-arts ensuite des sciences et des arts, a été reconnue par l'État congolais en recevant un agrément définitif. La présentation officielle de cet agrément, accompagnée d'exposés, a eu lieu le 30 avril à Brazzaville.

Dans son mot introductif, le directeur général adjoint de l'Académie des sciences et des beaux-arts du Congo (ASAC), Vincent Kalemba, a emprunté et fait siens les mots de l'hymne national, « La Congolaise », en disant : « En ce jour, le soleil se lève, et notre école resplendit. Une longue nuit s'achève ». C'est vrai, poursuit-il, une longue nuit d'attente s'est achevée pour l'ASAC depuis le 21 avril 2021, date de signature de la note d'agrément définitif par le ministère de l'Enseignement supérieur, qui est le ministère de tutelle.

A l'issue du mot introductif du directeur général adjoint, Emmanuel Okamba, Pr des Sciences de gestion a tenu un exposé sur la structure des formations après l'agrément définitif. Il a parlé de l'architecture des grades : 3 diplômes après le baccalauréat : licence, master, Doctorat. Alors que le secrétaire académique, le Dr Dieudonné Ampini, a exposé sur la structuration de l'ASAC. Quant au Pr Dingu Makouala, il a exposé sur les aspects et réalisations artistiques. Il a rappelé que l'ASAC ne produit pas que les sciences, il y a aussi la partie artistique.

Le directeur général de l'ASAC, le Dr Maurice Itous Ibara, a abordé plusieurs aspects dans sa communication. Il a parlé de la science de la production, ainsi que des perspectives d'avenir de l'ASAC. Abordant le volet science de la production, le Dr Maurice Itous Ibara, a présenté d'abord un échantillon des produits de recherche faits à l'ASAC, notamment la biologie magnétique pour laquelle il a noté qu'il s'agit d'une nouvelle biologie née au Congo, à travers laquelle il relève les différents défis sanitaires. Pour lui, jusque-là la santé a beaucoup de défis.

Quant aux perspectives de l'ASAC, le Dr Maurice Itous Ibara a indiqué qu'elles sont meilleures et intègrent aussi l'exigence donnée par le ministère de l'Enseignement supérieur lors de l'octroi de l'agrément. En effet, le ministère a exigé à l'ASAC de finaliser ses deux sites dont l'un à Poto-Poto dans le troisième arrondissement et l'autre à Talangaï dans le sixième arrondissement de Brazzaville. L'ASAC, a dit son directeur général, va aménager le plateau technique, former et recruter un personnel administratif et enseignant qualifiés, aller vers un partenariat avec le Cames, signer un partenariat avec les Etats-Unis, etc.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X