Madagascar: SAVA - Des stocks de bois de rose pourris identifiés

La région de SAVA est fortement touchée par la pandémie de Covid-19. Raison pour laquelle, l'Etat a décidé de fermer ses frontières.

En revanche, des opérateurs locaux se plaignent que la situation économique locale est morose en raison des impacts de cette crise sanitaire. Ils réclament ainsi la revalorisation des stocks de bois de rose saisis notamment dans les régions de SAVA et d'Analanjirofo. En effet, « La plupart de ces stocks qui ont été immobilisés depuis plus d'une dizaine d'années, sont maintenant pourris. D'autres rondins de bois de rose ont été emportés par l'eau. Pourquoi ne pas les commercialiser sur le marché local afin de soutenir la population qui est actuellement en détresse à cause de la pandémie de Covid-19 ? », suggère Coco Rasamy, un opérateur économique à Antalaha.

Solution inclusive. D'ailleurs, « une délégation composée de Sénateurs et de Questeurs qui a été conduite par le président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, s'est rendue à Antalaha en avril dernier et a constaté de visu la dégradation de ces stocks de bois de rose. Elle y a mené un atelier qui a vu la participation des opérateurs économiques locaux et des autorités locales afin de trouver une solution inclusive face à cette situation. Il s'agit d'une initiative que nous louons fortement car cette délégation parlementaire a bel et bien la volonté de contribuer au développement socio-économique des collectivités territoriales décentralisées. De ce fait, nous attendons impatiemment les mesures prises par l'Etat concernant ces stocks de bois de rose saisis », d'après toujours ses explications.

En difficulté. Par ailleurs, il a soulevé que les opérateurs ayant œuvré dans la filière bois de rose se trouvent actuellement en difficulté car bon nombre d'entre eux ne parviennent plus à rembourser à temps les emprunts contractés au niveau des banques. La commercialisation de ces stocks de bois de rose déjà pourris s'avère ainsi une meilleure solution pour les sauver, selon ses dires. En revanche, ces opérateurs locaux s'engagent à ne plus couper de bois de rose, cela étant illégal.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X