Afrique de l'Ouest: Comité interparlementaire de l'Uemoa - Aka Véronique dresse son bilan

Après quatre ans à la tête du Comité interparlementaire de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), au nom de la Côte d'Ivoire, l'honorable Aka Véronique a fait ses adieux à ses pairs, à la faveur de l'ouverture, le 3 mai, de la 29e session extraordinaire de cette structure, à l'hôtel Pullman à Abidjan. Elle a, par ailleurs, mis à profit cette occasion pour faire le point sur les activités menées au cours de son mandat.

«La Côte d'Ivoire n'a pas démérité. Bien au contraire !», a-t-elle déclaré, citant quelques points saillants des activités menées par l'institution au cours des quatre dernières années. Entre autres, «le lobbying politique» mené auprès des hautes autorités du Comité interparlementaire pour son maintien en tant qu'organe parlementaire de l'Uemoa.

Véronique Aka a indiqué qu'un «accent particulier a été mis sur les partenariats pour permettre au comité de renouer avec les organes parlementaires régionaux et internationaux » durant son mandat. En plus, poursuit-elle, dans le cadre de la diplomatie parlementaire, le Comité interparlementaire de l'Uemoa a mené plusieurs offensives à l'international, en participant notamment à des conférences de haut niveau.

Enfin, selon la présidente, l'institution qu'elle a eu à piloter a contribué «fortement» au suivi des travaux de construction de son siège. En guise de perspectives, elle a indiqué que dans le cadre de la mise en place de ce Parlement, l'Union est sur le point de se doter d'une vision stratégique.

«La libre circulation et le droit d'établissement dans l'espace Uemoa : défis et perspectives », tel est le thème de la présente rencontre qui se tiendra jusqu'au 8 mai. A propos de cette thématique, l'honorable Aka Véronique a fait remarquer que les objectifs visés, au cours des débats, est d'amener les parlementaires à mieux cerner «l'état d'avancement des principales réformes mises en œuvre dans les différents États membres».

Amy Toungara, vice-présidente de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, au nom du président Amadou Soumahoro, s'est prononcée sur l'enjeu de l'intégration au sein de l'Uemoa. Pour elle, ce processus se présente comme «une nécessité», mieux, «comme une garantie de paix et de sécurité ».

Aussi appelle-t-elle tous les pays membres à fédérer leurs efforts afin de trouver des solutions viables et durables pour le bonheur des populations de l'union.

Les deux personnalités ont formulé le vœu de voir les parlementaires venus des huit pays de l'Uemoa participer activement aux travaux, pour qu'ils débouchent sur des recommandations qui feront en sorte que l'intégration ne soit pas un vain mot au sein de cette union monétaire.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X