Mali: Un journaliste français enlevé par des djihadistes

Dans une brève vidéo d'une vingtaine de secondes, circulant sur les réseaux sociaux, un journaliste français, Olivier Dubois, dit avoir été enlevé le 8 avril à Gao par des djihadistes affiliés à Al-Qaïda.

Le journaliste aurait été piégé en voulant réaliser une interview. « Ça s'est passé à Gao-ville, il a été piégé, en lui faisant miroiter une interview avec un commandant djihadiste local. On ne savait pas s'il était vraiment en train d'être amené pour faire cette interview ou faire celle d'un commandant plus important ou s'il avait le statut d'otage », a expliqué sur France 24 le journaliste Wassim Nasr.

Au ministère français des Affaires étrangères à Paris, un responsable a confirmé la « disparition » d'Olivier Dubois, qui a travaillé avec plusieurs médias en France. L'otage dit s'adresser à sa famille, à ses amis et aux autorités françaises « pour qu'elles fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour le faire libérer ».

« Nous confirmons la disparition au Mali d'Olivier Dubois. Nous sommes en contact avec sa famille ainsi qu'avec les autorités maliennes. Nous procédons aux vérifications techniques d'usage », a assuré un responsable du ministère français des Affaires étrangères. Le quotidien « Libération », pour lequel il travaillait régulièrement depuis avril 2020, a indiqué ne pas souhaiter faire de commentaire dans l'immédiat.

Sur Twitter, Christophe Deloire, le secrétaire général de Reporters sans frontières, a précisé qu'Olivier Dubois est « un journaliste aguerri qui travaille habituellement pour Le Point Afrique et Libération. Il connaissait bien cette région très dangereuse de l'est du pays. Il était en reportage à Gao au Mali, le 8 avril, mais il n'est pas rentré à son hôtel après le déjeuner ».

Depuis la libération en octobre 2020 de Sophie Pétronin, une septuagénaire enlevée par des hommes armés à Gao, il n'y avait plus de ressortissants français otages dans le monde.

Le Mali est en proie depuis 2012 à une poussée djihadiste dans la partie Nord, qui a plongé le pays dans une crise sécuritaire et s'est étendue au centre du pays. Les violences se sont également répandues au Burkina Faso et au Niger voisins. Les violences djihadistes, intercommunautaires ou autres, ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés, malgré l'intervention des forces de l'ONU, françaises et africaines au Sahel.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X