Sénégal: Sédhiou / Mécanismes de sécurité collaborative en zone de frontière - L'expérience pilote de goudomp fait son chemin

Un atelier d'une journée a réuni différents acteurs de la société civile de la région de Sédhiou autour des mécanismes de sécurité collaborative notamment en zone de frontière. C'est à l'initiative de l'organisme dénommé «Dynamique de Paix et Casamance», de concert avec le United states Institute of Peace, dans le sillage d'une synergie des efforts en matière de paix et de stabilité. L'expérience pilote est en cours dans le département de Goudomp (Sud Sédhiou) et intègre les différentes problématiques de sécurité de cette zone de frontière avec la Guinée-Bissau.

Si l'on en croit Henry Ndecky, le coordonnateur de la l'ONG «Dynamique de Paix en Casamance», «l'objectif de cette rencontre est de procéder à un partage avec les organisations de la société civile et organismes internationaux opérant dans la région de Sédhiou sur les questions de sécurité et de paix à travers le projet que nous appelons la "sécurité collaborative". C'est avec notre partenaire USIP institute (United States Institute of Peace)».

La dynamique de paix intervient dans la commune de Goudomp depuis 2019, selon son coordonnateur, dans le sillage de renforcer la collaboration entre les citoyens et les Forces de défense et de sécurité, pour améliorer les mécanismes de sécurité. Justifiant le choix porté sur la commune de Goudomp, Henry Ndecky fait observer que «plusieurs facteurs notamment sa position géographique, avec sa proximité avec la frontière avec la Guinée-Bissau, la question du vol de bétail, la présence des bases rebelles dans la zone de frontière, la question du foncier, du trafic de drogue, entre autres».

C'est une expérience pilote, dit-il et «nous sommes en train de partager avec les acteurs de la société civile de la région de Sédhiou. Puis ce sera au tour de Kolda et de Ziguinchor, avant d'aller à un forum avec l'ensemble des acteurs et parties prenantes». L'approche JSD (Dialogue sur la Justice et la Sécurité) est de recueillir les recommandations pour renforcer leur implication en vue d'une meilleure mise en œuvre du projet et d'une synergie dans le cadre de la sécurité en Casamance.

Des participants comme Mamadou Lamine Sadio, le coordonnateur du Conseil des Organisations Non Gouvernementales d'Appui au Développement (CONGAD), le représentant de Amnesty International Section Sédhiou, Lamine Sané, de l'association de développement "Le Gabou", de "Londoo Lolloo" et de bien d'autres se sont réjouis de cette initiative tout en souhaitant que la collaboration soit renforcée avec les Forces de défense et de sécurité afin de veiller à l'équilibre de la notion de sécurité qui implique absence de peur et de besoin, selon Boucar Baba Ndiaye, le chargé de projet USIP en Casamance et auteurs de deux présentations à cet atelier.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X