Algérie: 8 mai 1945 - Nécessité d'adopter une méthodologie nationale dans l'écriture de l'histoire

Alger — Des intervenants lors d'une conférence sur les massacres du 8 mai 1945 ont mis l'accent mercredi à Alger sur la nécessité d'adopter une méthodologie nationale dans l'écriture de l'histoire de l'Algérie, et ce pour lutter contre la déformation et corriger la terminologie diffusée par le colonisateur français.

A ce titre, la présidente de l'Association de lutte contre la pensée coloniale, Me Benbraham Fatma Zahra a précisé que la France avait procédé à l'utilisation de termes erronés qui déforment la réalité dans ses écritures sur la période coloniale en Algérie, dans le but de déformer l'histoire, de se soustraire à ses responsabilités face aux crimes odieux perpétrés contre le peuple algérien et d'échapper aux sanctions prévues par le Droit international, notamment la loi du 17/07/1998.

Elle a en outre ajouté que le terme "guerre d'Algérie" est "erroné" car la guerre oppose deux pays indépendants avec un système militaire qui les protègent, tandis que l'Algérie était colonisée par la France qui a utilisé la force et perpétré les crimes les plus odieux à l'encontre du peuple algérien sans défense, outre le fait de qualifier les Moudjahidine de terroristes et d'autres termes qu'il faut corriger à travers la mise en place d'une plateforme solide sur laquelle œuvrent en même temps les historiens et les avocats.

L'avocate a estimé que l'Algérie "n'a pas besoin des excuses de la France car il n'effaceront pas les crimes de celle-ci perpétrés le 8 mai 1945 ni ceux durant la période du colonialisme, mais nous avons besoin de construire notre histoire judiciaire avec la France pour la contraindre à reconnaître et assumer la responsabilité des crimes commis contre le peuple algérien".

L'enseignant Ali Djilali a, pour sa part, jugé "important de recouvrer la mémoire nationale qui est la base de la renaissance et du progrès de tout Etat et d'écrire l'histoire de l'Algérie en s'appuyant sur une démarche nationale loin de celle coloniale falsifiée" pour que les futures générations puissent prendre connaissance de ce que les prédécesseurs ont fait.

Lire aussi : 8 mai 1945: une "halte décisive" dans l'histoire de la lutte du peuple algérien contre le colonialisme

Dans son intervention, il a mis en avant les défis auxquels font face les peuples pour se libérer et s'émanciper du joug du colonialisme jusqu'à l'indépendance.

L'enseignant chercheur Sadek Bakhouche a, quant à lui, déclaré que la mémoire algérienne porte sur toutes les étapes et les civilisations qui se sont succédées dans le pays, mais la répression et les crimes français restent à jamais les souvenirs les plus ancrés dans la mémoire des Algériens.

Le président de l'Association Mechaal Echahid qui a organisé la conférence, Mohamed Abad a annoncé l'institution du prix "Art et Mémoire" à partir de 2022 en parallèle avec l'anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, un prix dédié au rôle de l'artiste dans la préservation de la mémoire nationale, relevant la création d'une commission qui se chargera de l'examen des statuts de ce prix qui sera distribué à la veille de la fête de l'indépendance.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X