Soudan: Un ancien responsable du régime el-Béchir souhaite être transféré devant la CPI

A Khartoum, un ancien responsable du régime el-Béchir jugé au Soudan pour des crimes de guerre au Darfour a annoncé qu'il préférait être jugé devant la CPI, la Cour pénale internationale et non pas dans son pays. Ahmed Haroun est également réclamé par la CPI, depuis 2007, pour les mêmes faits. Haroun a occupé plusieurs fonctions auprès d'el-Béchir, il était chef du parti au pouvoir, le Congrès national, ministre d'Etat au ministère de l'Intérieur et coordinateur général de la police populaire, une sorte de milice qui dépend du ministère de l'Intérieur.

C'est dans un communiqué largement partagé sur les réseaux sociaux depuis mardi, qu'Ahmed Haroun, cet ancien responsable soudanais, a exprimé son souhait d'être transféré devant la CPI.

Cette annonce intervient, après son refus de coopérer avec la commission chargée d'établir la vérité sur les crimes au Darfour, lors d'une nouvelle comparution en début de semaine.

Ahmed Haroun accuse les autorités locales de le maintenir en détention « en violation de la loi » ajoutant avoir été « privé » du droit de contester son arrestation. Une autorité « avec une pratique de la loi aussi épouvantable », affirme-t-il, qu'elle ne sera « pas capable ou ne voudra pas rendre justice », a-t-il écrit. C'est pour ces raisons, et pour d'autres explique-t-il, que « j'annonce avec confiance préférer que mon dossier soit renvoyé devant la CPI ».

Dans le mandat d'arrêt émis contre lui par la Cour pénale internationale en 2007, figurent 42 chefs d'accusations dont : meurtre, viol, torture, persécution et pillage...

D'autres responsables soudanais sont aussi réclamés par la CPI, avec à leur tête le président déchu Omar el-Béchir détenu et jugé à Khartoum. L'année dernière, Ali Kosheib, chef des milices Janjawid, impliqué lui aussi dans des atrocités au Darfour s'est livré à la Cour pénale Internationale.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X