Ile Maurice: Saisie record de drogue - Le Champ-de-Mars tremble

Ritesh Gurroby et son frère Nitesh ont quelques accointances dans le milieu hippique. En sus d'être propriétaires - à hauteur de 10 % dans les chevaux de l'écurie Sewdyal : Shadowing et Carlton Heights -, il paraît que les deux frères entretenaient des relations privilégiées avec plusieurs entraîneurs, jockeys (local boys mais également un cavalier étranger qui a quitté le pays à la fin de l'année dernière). Grâce à leurs ramifications, les deux frères et leurs acolytes se permettaient d'ailleurs de miser de grosses sommes d'argent chaque semaine.

«L'équipe sac à dos»

À ce titre, on avait eu écho l'année dernière des agissements d'une bande de quatre à six personnes qui débarquaient au Champ-de-Mars chaque vendredi dans deux grosses berlines. Munis d'un sac à dos, ils arpentaient ensuite la plaine, passant de bookmaker en bookmaker pour effectuer leurs mises. Ils étaient très souvent de retour le lundi pour récupérer leurs gains (NdlR, souvent des millions de roupies), toujours avec leurs incontournables sacs à dos - d'où le nom, «l'équipe sac à dos», dont les avaient affublés des parieurs qui avaient fini par remarquer leurs étranges manœuvres.

Déjà, à l'époque, les habitués du Champ-de-Mars avaient commencé à émettre des doutes sur l'origine de leur argent. À ceux qui les questionnaient, ils laissaient entendre qu'ils avaient des bateaux et qu'ils étaient engagés dans le commerce de poisson. Le fait qu'ils prennent la peine et le risque de se déplacer sur l'hippodrome avec autant d'argent en liquide n'a fait que renforcer les soupçons à leur égard.

Avec le grand nombre de bookmakers clandestins qui pullulent à travers l'île, cela aurait été certainement plus facile pour eux de miser ces sommes mirobolantes à travers des paris à crédit, mais de toute évidence, leur principal souci était de «blanchir» cet argent. Prétendre qu'ils ne misaient que sur des gagnants serait vraiment présomptueux. Heureusement, tel n'était pas le cas, mais ils ont quand même réussi quelques «betting coup» qui en ont fait voir de toutes les couleurs aux bookmakers.

On a en tête les victoires de Shadowing (12e journée), Majestic Moon (23e journée), Carlton Heights (28e jour- née), Spring Man (29e journée) et El Patron (15e journée et 30e journée), Bold Phoenix (30e journée), Flowerscape (31e journée) et Silver Song (32e journée). Leur taux de réussite était assez éloquent en fin de saison et la victoire de Silver Song (NdlR, la cote du cheval était passée de de Rs 500 à Rs 250) dans l'épreuve de clôture de la dernière journée restera comme un des hauts faits de leur saison. Il serait bon de noter que les commissaires de courses n'ont rien décelé d'anormal dans le déroulement de ces épreuves.

À leur décharge, on doit cependant souligner qu'ils avaient ouvert une enquête pour le moins inhabituelle après le succès du coursier de l'écurie Sewdyal, El Patron, lors de la 15e journée. Pour rappel, le cheval avait été très joué ce jour-là et des bruits avaient circulé avant la course disant que le cheval était un «non tryer» (NdlR, il ne courait pas pour la victoire).

Générosité sans égal

Le jockey Sunil Bussunt (El Patron) avait même exigé que l'entraîneur du cheval, Amar Sewdyal, lui donne les instructions devant les commissaires avant la course. Lorsqu'il a été interrogé quelques jours plus tard par les Racing Stewards sur les raisons qui avaient motivé cette démarche, le cavalier mauricien s'était montré étonnamment peu loquace. Coïncidence ou pas, il n'a plus monté pour l'écurie Sewdyal après cette victoire...

Pour revenir au réseau des Gurroby, il faut faire ressortir que grâce à leurs contacts privilégiés dans le giron, ils étaient souvent bien renseignés et, compte tenu du volume d'argent qu'ils brassaient, aucun des gros «punters» habituels du circuit ne pouvait rivaliser avec eux. Leur générosité était apparemment sans égal et il se chuchote que certains acteurs du turf ont pleinement profité de leurs largesses jusqu'à se voir offrir voitures et appartement.

On avance même qu'ils auraient investi, à travers des prête-noms, dans l'acquisition de quelques nouvelles unités dans au moins trois différentes écuries en vue de la saison 2021. Selon nos recoupements d'informations, le clan s'était même permis de louer une loge au Mauritius Turf Club (MTC) lors d'une journée à la fin de la saison.

Les enquêteurs s'intéresseront-ils à ce volet de l'enquête ? Affaire à suivre.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X