Burkina Faso: Attaques terroristes récentes au Nord et à l'Est - Plus de 17 000 déplacés recensés

Des personnes déplacées au Burkina Faso

Les nombreux déplacés enregistrés, à la suite des attaques terroristes de ces dernières semaines, ont été pris en charge.

L'hebdomadaire Conseil des ministres s'est tenu, le mercredi 5 mai 2021, sous la présidence du Chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Outre l'examen des dossiers inscrits à l'ordre du jour, le gouvernement a réitéré sa compassion aux familles éplorées à la suite des attaques terroristes survenues à l'Est, au Nord et au Sahel.

L'exécutif burkinabè exprime sa solidarité et sa compassion aux familles des personnes décédées, après les attaques terroristes de ces dernières semaines. C'est ce qu'a fait savoir le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, à l'issue du Conseil des ministres du mercredi 5 mai 2021 au palais de Kosyam.

« Le gouvernement a réitéré ses condoléances auxdites familles et souhaité prompt rétablissement aux blessés », a-t-il déclaré. Soulignant que ces actes ne resteront pas impunis, il a, au nom du gouvernement, encouragé les Forces de défense et de sécurité (FDS) à poursuivre leurs missions de sécurisation des populations, dans un regain d'efficacité. En rapport à ces événements, le Porte-parole du gouvernement a indiqué que les attaques ont causé le déplacement de nombreuses personnes, selon le point fait par le ministère en charge de l'action humanitaire.

Il s'agit, a fait savoir le ministre Tamboura, de 10 225 personnes contraintes à se déplacer au Nord, 4 447 personnes à l'Est et plus de 3000 au Sahel. « Des mesures d'urgence ont été prises par le gouvernement en vue de reloger ces personnes démunies ainsi qu'un appui en vivres pour leur alimentation », a-t-il rassuré. Le ministre en charge de la communication a ensuite relevé qu'au titre du ministère de l'Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), le conseil a fait le bilan 2020 de la mise en œuvre du Programme des infrastructures socioéconomiques (PRISE).

Ce programme, a-t-il rappelé, vise à développer les offres d'éducation, de santé et bien d'autres infrastructures socio- économiques. Pour ce qui concerne le volet éducation, 42 complexes scolaires ont été réalisés et 23 Centres de santé et de promotion sociales (CSPS) construits dans le domaine de la santé. Dans l'objectif d'accroître l'accès à l'eau aux populations rurales, a soutenu Ousséni Tamboura, le Programme a réalisé 69 forages.

Un autre objectif du programme, a-t-il ajouté, est de développer l'offre en bâtiments administratifs dans les régions du pays. A ce niveau, un bâtiment administratif a été construit. « Au total, le programme a connu un taux de réalisation de 95% pour un coût d'environ 11 milliards F CFA », a laissé entendre le Porte-parole du gouvernement. Selon lui, le programme devrait être reconduit pour l'année 2021, avec les mêmes objectifs de développement socio- économiques.

En vue de lutter contre la défécation à l'air libre, le Conseil des ministres a adopté, au titre du ministère de l'Eau et de l'Assainissement, un

rapport relatif à la construction de latrines familiales dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest. Au terme de cette initiative, il est attendu, de l'avis de Ousséni Tamboura, 48 000 latrines familiales au profit des populations de ces localités. Le coût de ces réalisations, a-t-il poursuivi, est d'un montant global de 9 milliards F CFA financés par la Banque mondiale et l'Etat burkinabè.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X