Maroc: Affaire du dénommé Brahim Ghali - Les Marocains d'Espagne réclament justice

Madrid — Des centaines de Marocains établis en Espagne ont manifesté, mercredi, dans plusieurs villes pour dénoncer l'attitude des autorités espagnoles ayant permis au dénommé Brahim Ghali, poursuivi pour de graves crimes de génocide, de terrorisme et de violations des droits de l'homme, d'entrer au territoire espagnol sous une fausse identité algérienne.

A Madrid comme à Tarragone, les acteurs de la société civile marocaine ont réclamé justice pour les victimes marocaines et espagnoles des actes perpétrés par le chef des milices du polisario et ses complices, exhortant les autorités judiciaires espagnoles à réactiver et à accélérer les démarches afin d'éviter que ce criminel notoire n'échappe à la justice.

Dans la capitale espagnole, les membres de la communauté marocaine ont manifesté devant le siège du ministère de la Justice, appelant cette institution à assumer sa responsabilité dans la poursuite du dénommé Brahim Ghali, accusé d'être le commanditaire des assassinats, enlèvements et torture à l'encontre de centaines de victimes marocaines et espagnoles.

Brandissant des banderoles condamnant la position du gouvernement espagnol vis-à-vis de cette affaire, les participants à ces manifestations ont scandé des slogans appelant à l'arrestation immédiate de ce repris de justice qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen.

Ils ont demandé également à la Justice, au gouvernement espagnol et aux autorités compétentes, de s'acquitter au plus vite de leur devoir vis-à-vis des victimes des actes du polisario, dont au moins 300 Espagnols, au lieu de protéger les assassins et les usurpateurs.

L'accueil en catimini et sous une fausse identité du dénommé Brahim Ghali viole toutes les lois et les principes internationaux et met le gouvernement espagnol dans une impasse, ont déploré les participants à deux manifestations, organisés devant la sous-délégation du gouvernement et l'Audience provinciale de Tarragone.

Les représentants de la société civile et des membres de la communauté marocaine établie à Tarragone et dans les villes voisines, ont relevé, dans un manifeste lu à cette occasion, que l'attitude du gouvernement nuit aux relations de bon voisinage et d'amitié avec le Maroc, invitant l'exécutif ibérique, qui a permis l'entrée sur son sol d'un criminel en toute impunité, à remédier à cette situation.

Ils ont déploré le fait que le gouvernement espagnol, en accueillant le dénommé Brahim Ghali, a violé ses propres lois en couvrant un fugitif, soupçonné d'être le responsable de l'assassinat et de la torture de citoyens espagnols, notamment canariens.

Brandissant le drapeau national, les participants à ces manifestations de protestation ont exprimé leur mobilisation continue pour que justice soit rendue et que le criminel Brahim Ghali réponde de ses actes.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X