Ile Maurice: Dettes non remboursées à la SBM - Deux propriétés de Rakesh Gooljaury mises à la barre

Le blue-eyed boy du pouvoir Rakesh Goojaury, ex-partenaire d'affaires de Nandanee Soornack, fait face à la justice pour non-remboursement de Rs 30 millions à la State Bank of Mauritius (SBM). Cette institution bancaire a logé une pétition devant la Master's Court pour la mise en vente à la barre de deux propriétés du couple Gooljaury afin de récupérer son argent. Cette affaire, renvoyée à plusieurs reprises, sera appelée aujourd'hui.

Initialement, c'est la MauBank qui avait pour- suivi le couple Gooljaury devant la Master's Court. La MauBank réclamait le remboursement d'une dette de Rs 187 millions. L'institution avait accordé des facilités bancaires de Rs 95 M, Rs 36 M et Rs 25 M à la compagnie Designer Labels. Les Gooljaury se sont portés également garants pour cette compagnie.

La SBM a alors présenté une motion devant la Master's Court pour succéder à la MauBank dans les deux affaires. Cette institution bancaire veut agir comme créancière de Rakesh Gooljaury, son épouse, Anishtabye Natacha Gooljaury, et sa mère, Indira Gooljaury, par rapport aux deux affaires.

La cour a agréé à la motion de la SBM et cette dernière a été autorisée à prendre le relais de la MauBank pour loger des poursuites contre le couple Gooljaury afin de récupérer son argent. L'affaire de dettes de Rs 187 M sera mentionnée en premier et le deuxième procès sera entendu en second. Rakesh Gooljaury, sa femme et sa mère se sont portés garants pour les companies Arushi Fashion et Airway Coffee.

Pour recouvrer une créance de Rs 30 millions, la SBM a logé une pétition pour vendre les deux propriétés des Gooljaury à la barre. La première propriété comprend un immeuble à Les Sables d'Or sur un terrain de 1 500 m2 à Wolmar, Flic-en-Flac. La deuxième propriété est une portion de terrain de 296,39 m2 à Petit-Verger, Saint-Pierre.

Au 30 juin 2018, les dettes des Goojaury auprès de cette institution bancaire s'élevaient à Rs 30 millions. La SBM a indiqué qu'à plusieurs reprises, elle avait demandé aux trois débiteurs de rembourser leurs dettes. Sans succès.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X